Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Labrune sort enfin de son silence

Par

Dans une interview à paraître demain (Mardi) dans France Football, Vincent Labrune, le nouveau président de l’OM, va enfin sortir de son bois pour s’expliquer sur l’éviction de J.C Dassier et d’Antoine Veyrat, jeudi dernier lors du conseil de surveillance. Il pointe du doigt la mauvaise gestion financière de l’ancien journaliste de TF1: « L’actionnaire lui avait confié (à Dassier) un cahier des charges très précis qui tient en une phrase : les comptes doivent être à l’équilibre, commence-t-il. En juillet 2009, à la mort de son époux, Margarita voulait quitter l’OM. J’avais su la convaincre de rester. Elle m’avait dit : d’accord, mais à la condition que ça ne me coûte pas d’argent…Aujourd’hui, l’actionnaire est dans l’obligation d’injecter 20 millions d’eurosl. Elle ne met pas cette somme parce que ça lui fait plaisir, mais parce que la survie du club à moyen terme est en jeu. Il n’est donc pas incohérent que les deux personnes en charge du sportif (Deschamps-Anigo) restent avec nous, et que les deux en charge du financier (Dassier-Veyrat) soient amenées à nous quitter. »

Labrune évoque ensuite la gestion catastrophique du dernier mercato estival : « En mai 2010, l’OM a renoué avec le titre. Hélas la situation s’est dégradée dans les trois mois qui ont suivi. Sur la forme, le club a donné une image plutôt confuse et, sur le fond, il a procédé à des investissements excessifs par rapport à ses moyens tout en provoquant des dommages collatéraux dans les rapports entre les individus. » Le nouveau président explique ensuite la stratégie de l’actionaire principale, Margarita Louis-Dreyfus: «Le seul sujet qui importe l’actionnaire, c’est l’avenir du club, commence Vincent Labrune. Partant de ce principe l’intérêt général doit primer sur les intérêts particuliers. Il y a avait une urgence financière et une priorité sportive consistant à maintenir le plus haut niveau possible de compétitivité. Pour mettre en oeuvre cette équation assez complexe, l’actionnaire a estimé, d’une part, qu’il fallait tout faire pour garder Didier Deschamps et, d’autre part, qu’une nouvelle organisation était indispensable afin d’avoir une vision plus globale et plus précise de la situation financière.»

Source: France Football, metrofrance.com

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0