Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM : Une rampe de lancement en berne

Par Mis à jour le - Publié le

L’OM a perdu son premier match de la saison toutes compétitions confondues. Cette contre-performance est directement liée au manque de solidarité des joueurs, notamment à la perte du ballon dans le repli défensif, et à l’accumulation d’erreurs individuelles. On peut également se poser des questions sur le rôle des milieux défensifs.

 

Comment sortir le ballon ?

Lors de la lourde défaite face à Valenciennes, l’OM a subi un pressing très haut. Les joueurs avaient deux solutions; soit balancer de grands ballons vers l’avant soit prendre le risque de sortir par des passes courtes. Pour appliquer la deuxième solution il faut des milieux défensifs techniques et précis dans leurs passes. Pour ce match, Baup disposait de Rafidine Abdullah et de Benoit Cheyrou.  Si le premier n’a pas encore suffisamment d’expérience et ne peux être blâmé, le second est un des leaders techniques de l’équipe.

 

Cheyrou manque de précision

Benoit Cheyrou avait réalisé des matchs de préparation poussifs en montrant les mêmes approximations que la saison dernière. Mais depuis le début des matchs officiels, l’ancien auxerrois avait retrouvé son sens du contre-pied et de la précision dans ses passes. Face à Valenciennes, il a rendu énormément de ballons à l’adversaire ce qui a occasionné les premières grosses occasions pour VA. Son déchet dans les passes a obligé l’équipe à reculer et à tenter de sauter les lignes. Évidemment l’on ne peut pas désigner Cheyrou comme le coupable de cette contre-performance, mais autant son apport est précieux quand il est bon, autant ses mauvais matchs coupe le lien entre la défense et l’attaque.

 

Le choix ambitieux du jeu

Elie Baup a choisi de jouer avec deux milieux défensifs. Mais avec les blessés en défense, Charles Kaboré doit jouer latéral droit. Cette contrainte oblige le coach marseillais à titulariser Abdullah, qui n’a pas suffisamment de vécu pour relancer proprement face à un gros pressing. La question est de savoir si dans ce genre de configuration, il ne faudrait pas titulariser un deuxième milieu relayeur pour alléger la responsabilité de Cheyrou ?  Amalfitano pourrait être une solution même si ce n’est pas son poste de prédilection. Aujourd’hui, en l’absence de Barton,  seul Cheyrou est capable de tenir ce rôle. Lorsqu’il n’est dans un bon jour c’est tout l’entre-jeu qui flanche. Cela montre le manque de solution dont dispose le coach phocéens. On ne l’apprend pas aujourd’hui, mais l’OM commence peut être déjà à en payer les conséquences.

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0