L1 Publié le - Mis à jour le - Par

OM – Bordeaux, une belle soirée vue de Ganay

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
OM – Bordeaux, une belle soirée vue de Ganay
Footballclubdemarseille TV

Notre Tweet reporter @Niin0_K  présent en virage, nos journalistes installés en tribune de presse en Jean-Bouin, j’ai donc décidé d’aller humer l’atmosphère du nouveau Stade Vélodrome en tribune Ganay. La foule était déjà bien présente plus de deux heures avant le coup d’envoi de cette OM – Bordeaux. Installé en Ganay haut, la vue est remarquable malgré la distance. Les virages se remplissent rapidement, le parcage bordelais est réduit et la tribune Jean-Bouin reste clairsemée.

 

 IMG_20141123_200828

 

C’est Cédric Carasso qui pénètre en premier sur la pelouse pour débuter son échauffement, le portier formé à l’OM a droit à une belle bronca. Quelques minutes plus tard, Mandanda fait sa première prise de balle sous les chants des virages. Willy Sagnol fait débuter l’échauffement de ses joueurs un quart d’heure avant l’OM. A 20h55, les équipes pénètrent sur la pelouse, les tifos des virages se mettent en place sur Jump de Van Halen.

 

 

 

Le début de match manque de rythme, les deux équipes commentent beaucoup d’erreurs techniques. Dans les gradins l’impatience de fait sentir, «  Imbula lâche ta balle », « plus vite », les supporters veulent que l’OM emballe le match. Il faudra attendre 20 minutes pour que l’OM se montre plus pressant avec des occasions de Thauvin puis Payet et Gignac, le Stade veut s’enflammer mais le manque de réalisme est encore présent. A la mi-temps, ce sont ses occasions ratées qui occupent les discussions. Les jeunes supporters se sont fait tirer les oreilles par un stadier à cause des avions en papier qui volent dans tous les sens, l’ambiance est bon enfant.

 

 

Le début de la seconde mi-temps réveille tout le monde. Quatre grosses occasions en quelques minutes dont une tête d’Aloé sur la barre donne de l’espoir. Mais la relance mal assurée de Mendy offre l’ouverture du score à bordeaux. C’est la douche froide, le latéral gauche est vilipendé pour cette erreur fatale. Néanmoins il reste encore plus de 30 minutes et l’espoir reste présent même si l’atmosphère s’est bien refroidie. Le stade explose enfin lorsque quelques minutes plus tard Lemina ajuste sa tête sur un centre parfait de Payet. La joie et le soulagement prédomine. Mais le match ne s’emballe pas comme espéré. Le rythme ralenti de nouveau, le temps pour mes voisins d’analyser les performances individuelles, «  Lemina a une grosse activité », «  Aloé fait vraiment un match très propre », «  Dja Djédjé n’est pas assez agressif »…  

 

 

Le Stade s’enflamme lorsque Gignac donne l’avantage sur un corner de Payet. Tout le monde est debout pour scander le nom du meilleur buteur du club. Un vieux monsieur placé au-dessus me moi, glisse à son ami, « ça va lui faire du bien ce but, il avait bien du mal ces derniers matchs. » Ce but va totalement faire basculer la partie, lorsque Fanni remonte le ballon, puis en fin d’action s’offre un magique frappe détournée par Carrasso sur Batshuayi qui marque, le bruit dans le stade est énorme. La joie éclate et l’euphorie gagne les supporters. L’OM remporte ce match, Gignac fait un tour d’honneur et remercie la foule. Un geste apprécié par tous.

 

Lors de la descente des grands escaliers en béton, les supporters sont ravis, la physionomie du match a donné de l’émotion. Il y a beaucoup de marseillais mais je croise aussi un groupe qui a fait plus de 600 km pour venir voir ce match depuis la Dordogne. Si l’un d’entre eux arbore fièrement les couleurs du club et un sourire enivré, deux autres ont la tête des mauvais jours, surement des supporters de l’équipe visiteuse. Plus de 50 000 spectateurs étaient présents dans une belle ambiance. Le nouveau Vélodrome est fantastique…