Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Christophe Pignol : « L’OM devant, c’est Gignac ou Gignac »

Par Mis à jour le - Publié le

Christophe Pignol a eu la gentillesse de nous recevoir cette semaine dans son centre de football indoor SOCCERPLUS à Gemenos. L’ancien joueur professionnel formé à l’ASSE, qui a remporté deux titres de champions de France, est un fin connaisseur du football. Voici la première partie de cet entretien.

 

FCM : Vous avez gagné deux titres de champion de France, lequel vous laisse le plus grand souvenir ?

 

Equipe de MonacoCristophe Pignol : « Celui de Nantes, sans aucun doute. Les deux titres  sont fabuleux mais ils n’ont pas la même saveur. Le FC Nantes c’était la ferveur et une génération de joueurs exceptionnels (En 1995 avec Loko, Pedros, Ouédec, Karembeu). C’était une année quasi parfaite avec Coco Suaudeau qui sentait le jeu. C’était une réussite totale. Après Monaco c’est différent, parce que déjà il n’y a pas la même ferveur. Mais je ne crache pas dans la soupe, j’ai connu de grands joueurs (Barthez, Henry, Trezeguet….). On a perdu en demi-finale de la Champion’s League face à la Juventus. Mais la différence c’est qu’en 2000 je n’ai pas joué beaucoup. Je n’ai pas ressenti la même satisfaction pour les deux titres. Etre pro en football c’est beau, mais être champion avec Nantes c’est top. Malheureusement on s’en compte qu’avec le recul, avec quelques années de plus. »

 

 

 

FCM : Pensez-vous aujourd’hui revenir dans le foot pro comme dirigeants ou entraîneur ?  Vous avez d’ailleurs passé vos diplômes d’entraineur je crois?

 

C.P. : « J’ai passé mon DEF, je l’ai eu et j’ai eu une expérience délicate à Aubagne. Je ne me vois pas recommencer dans la région au niveau amateur. C’est la mentalité de la région, les gens s’approprient trop de choses et tu ne peux rien faire. Tu ne peux pas monter un projet commun avec une vraie idée. C’est l’intérêt personnel qui prime. Pour certains c’est leur raison de vivre. Il y  a des types qui sont premiers en poussin pré honneur et c’est leur raison de vivre. Ça ne collait pas du tout avec ce que j’aurais aimé mettre en place dans un club amateur avec une préformation, des partenariats, faire monter l’équipe première… »

 

« Willy Sagnol et Bruno Cheyrou sont associé avec moi »

 

FCM : En 2007 vous avez ouvert un centre de football indoor, Soccerplus à Gémenos. A l’époque ce type de centre ne connaissait pas l’engouement qui existe aujourd’hui, comment vous est venue cette idée ?

 

CP2_mars2013_fcmC.P. : « Je voulais faire quelque chose, on m’avait parlé du Jorkiball. Cela prenait une ampleur nationale et je me suis dit que l’idée était bonne mais pas en deux contre deux. Je voyais plus du cinq contre cinq. Je me suis aperçu que cela existé à Rennes, Clermont, Ajaccio… J’ai pris l’avion et je suis tous allé les voir. Tous les gérants m’ont dit que ça marchait bien. Pour SoccerPlus on est propriétaire du terrain et des bâtiments et ça je ne pouvais pas le faire tout seul. Willy Sagnol et Bruno Cheyrou sont associés avec moi pour cette partie. Avec mon frére on gère l’exploitation au quotidien. On a été les premiers dans le sud. »

 

 

FCM : Vous êtes né à Aubagne, étiez-vous un supporter de l’OM ? Regrettez-vous de n’avoir jamais porté le maillot bleu et blanc ?

 

C.P. : « J’étais supporter de l’OM. J’allais au Vélodrome. En 1996, j’ai failli venir à l’OM quand je suis partit de Nantes mais j’ai choisi Monaco. J’ai fait ce choix, car à Marseille je n’aurais pas pu me concentrer à 100% sur mon métier. Je vois aujourd’hui, j’ai trop d’amis, trop d’apéros…  J’aurais été fier de porter le maillot de l’OM mais le choix je l’ai fait car je n’imaginais pas être en permanence sollicité. Même la dernière année de Monaco, l’OM me voulait lors du mercato d’hiver. »

 

 « Valbuena ne peut pas faire quinze matches d’affiler de haut vol »

 

FCM : L’OM est toujours troisième aujourd’hui, un peu malgré eux, mais le club est beaucoup critiqué. Que pensez-vous de la saison de l’Olympique de Marseille?

 

C.P. : « Je suis un peu déçu de la qualité du jeu, du manque d’enthousiasme au niveau offensif. Après, qualitativement, c’est sûr qu’il n’y a pas non plus un effectif qui nous permet de faire tourner. On a perdu Rémy, donc devant c’est Gignac ou Gignac. Bon là, il y a Sougou qui a l’air d’avoir des qualités. Mais il n’y a pas vraiment de concurrence.  Physiquement, Valbuena ne peut pas faire quinze matches d’affiler de haut vol, donc, tout ça fait qu’il y a des matches où l’on sent un manque d’enthousiasme, un manque de fraîcheur physique où on tâtonne un peu, notamment à domicile. Au vélodrome, on joue face à des équipes regroupées, il faut faire preuve d’imagination de créativité, et on ne l’a pas, clair. Alors, à l’extérieur, j’ai vu des matchs costauds, mais à domicile on a du mal à faire le jeu. Le problème c’est que maintenant les équipes le savent. C’est un peu décevant, mais malgré tout on est troisième et même si c’est comme vous dites une place par défaut, ceux qui sont derrière n’ont pas fait le nécessaire pour nous passer devant pour l’instant. Il faut prendre ça comme un bonus et s’accrocher à cette troisième place. »

 

 

FCM : Après une bonne première partie de saison, l’OM a sombré en 2013, qu’est qui ne va plus selon vous?

 

C.P. : « C’est difficile à expliquer. Je pense que c’est offensivement que ça ne va plus. Déjà, on a perdu Rémy. Alors même s’il n’avait rien fait depuis pas mal de matches, ça instaure  malgré tout une concurrence. Les joueurs ont aussi la crainte de prendre des risques au vélodrome, puisque finalement c’est à domicile que tu dois montrer tes qualités offensives. L’équipe se repose trop sur le jeu de Valbuena. Il ne peut pas faire tous les matches au taquer. Et puis défensivement, il y a eu aussi Nkoulou qui a connu un passage a vide, tout comme Mandanda.

Après on peut aussi dire que le jeu est trop stéréotypé. Quand tu analyses les matchs contre Paris, tu penses que tu peux les battre sur le premier, mais finalement tu t’aperçois que ça joue toujours pareil. C’est sans arrêt sur les côtés, à faire des centres de plus ou moins bonnes qualités. Le jeu de l’OM est prévisible, il n’y a pas de véritable créateur si n’est Valbuena, mais il ne peut pas tout faire tout seul. »

 

« André Ayew se disperse trop »

 

FCM : Pourtant l’OM a recruté Kadir et  Sougou?

 

C.P. : « Oui mais ça n’enchaîne pas. Kadir n’a pas enchaîné trois bons matches. Amalfitano non plus. André Ayew, il se bat beaucoup mais il en oublie presque l’essentiel, c’est à dire son côté virevoltant. C’est un guerrier, tu ne peux rien lui reprocher, mais quelque part, il se disperse trop. »

 

FCM : Comment voyez-vous la fin de saison? Vous les voyez finir sur le podium sachant que ça pousse derrière avec St-Etienne, Lille, Nice.

 

C.P. : « Pour moi, St-Etienne c’est l’équipe qui a le plus d’enthousiasme, qui est sur la meilleur dynamique et qui en confiance. Individuellement ils ont aussi retrouvé Aubameyang. C’est l’équipe qui me semble la mieux armée psychologiquement, physiquement et collectivement pour venir nous coiffer la troisième place.  Ils dégagent un jeu intéressant collectivement, porté vers l’avant, sans trop de calcul. Après, ils ont la finale de la coupe de la Ligue, le quart de finale de la coupe de France. Ça peut être une bonne chose pour eux  s’ils gagnent, mais ça peut aussi être à double tranchant. » 

 

Retrouvez dimanche la suite de cet entretien avec Christophe Pignol avec notamment sa fin de carrière, la mentalité actuelle et l’impact des affaires qui entourent l’OM…

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0