Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

l’OM ne lache rien.

Par

Auteur d’un match à deux visages, l’OM remporte la rencontre au sommet de la 28e journée de ligue 1 contre le PSG.  Le retour de Valbuena et l’énorme prestation d’André Ayew ont permis aux Olympiens de réaliser une grosse opération au classement. ils occupent désormais seul la seconde place (à 4 points de Lille) et restent dans la course au titre à dix journées de la fin.  

Titre-lacompo-OM-680 
L’information tombe en début de soirée, l’entraîneur marseillais décide de se priver de son meneur de jeu Lucho pour débuter la rencontre. Agressé à son domicile par quatre cambrioleurs armés dans la nuit de jeudi à vendredi, Lucho Gonzalez est donc remplacé par Mathieu Valbuena.
Coté Parisien, Antoine Kambouaré choisit de titulariser Grégory Coupet à la place d’Apoula Edel très critiqué ces derniers temps.

Titre-match-OM-680

 
Andr-Ayew-165981
photo OM.net
une bonne entame de match Les Olympiens démarrent la rencontre pied au plancher en mettant du rythme et avec une certaine qualité dans le jeu. Les Parisiens subissent et n’arrivent pas à sortir de leur camp. L’OM est logiquement récompensé de sa bonne entame de match sur un superbe coup franc  d’Heinze (15′, 1-0). Sa frappe enroulée, pied gauche, surprend Coupet qui ne voit pas le départ du ballon. L’Argentin dédiera le but  à son pote Lucho, laissé sur le banc par Didier Deschamps. Les marseillais se procurent ensuite plusieurs occasions, mais Gignac et Remy manquent tous deux le cadre.
« On leur a donné des munitions, avec des relances hasardeuses » Didier deschampsPuis, contre le cours du jeu, Chantôme égalise, suite à un cafouillage de la défense Phocéenne. Néné frappe sur le poteau, mais le ballon revient dans les pieds du milieu Parisien qui n’a plus qu’à tirer dans les cages vide (28′, 1-1).
Marseille accuse le coup et Paris prend le contrôle du jeu. Malgré tout, André Ayew va permettre à l’OM de reprendre rapidement l’avantage (35′, 2-1) en inscrivant un but de la tête, reprenant un joli centre d’André-Pierre Gignac.  Le match s’emballe et les deux équipes attaquent en prenant tous les risques. Juste avant la pause, Paris rate une énorme occasion d’égaliser:  sur une perte de balle de Diawara, pas très inspiré ce soir, Néné se présente seul devant Mandanda, mais croise trop sa frappe.
A l’issue d’une première mi-temps rythmée, avec beaucoup d’engagement de part et d’autre,  les Marseillais mènent logiquement au score, mais se sont mis plusieurs fois en danger tout seul en commettant des grosses erreurs défensives.

En seconde période, c’est un tout autre visage que Marseille va montrer face à un PSG qui monopolise le ballon mais qui fait preuve une nouvelle fois d’inefficacité offensive.
L’OM va alors défendre pendant 45 minutes pour garder ce résultat et opérer en contre. En jouant trop bas, les marseillais sont dominés pendant la majeure partie de la seconde période, mais Mandanda n’est pas inquiété pour autant. « En terme de résultat, on est les plus performants sur 2011, et c’est ce qui compte »
Didier Deschamps

Pour tenter de reprendre le contrôle du milieu de terrain, Deschamps remplace Valbuena ( éteint en seconde période) par Lucho puis Gignac par Abriel. Mais ce sont surtout les choix tactiques de Kambouaré qui vont faciliter la tâche des marseillais. En sortant Hoarau, Bodmer et Chantôme, le coach Parisien va désorganiser sont équipe, qui ne se montrera plus jamais dangereuse.  Ainsi, l’OM va pouvoir gérer son avantage et résister jusqu’au bout.

En remportant ce 64e Classico, les Phocéens, faisant preuve de réalisme, réalisent un gros coup et écartent leur rivaux Parisiens de la course à la ligue des champions. À 4 points de Lilles, l’OM n’a pas dit son dernier mot pour le titre de Champion.

B.K

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0