PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant
PUBLICITÉ

Mercato OM : le jeu sans atout de Vincent Labrune

Mis à jour le - Publié le

A l’heure de renégocier les contrats de Gignac et Ayew, la direction de l’OM ne dispose peut-être pas des meilleures cartes.

 

Faut-il attendre grand-chose du mercato marseillais qui s’ouvre dans trois semaines environ. Nul n’est vraiment capable de le dire aujourd’hui, même si certains jonglent déjà avec des noms à mi chemin entre le somptueux et l’hurluberlu. La réalité sera sans doute beaucoup plus frugale. D’abord parce que quasiment personne dans l’effectif n’a envie de partir en cours d’une saison qui s’annonce tellement intéressante. Sauf peut-être Doria…
Et puis cet effectif qui paraissait réduit en début de saison semble finalement plus équilibré que prévu. Certes, Bielsa fait peut tourner, mais chaque fois que le besoin s’est fait sentir, le remplaçant  a produit un rendement quasi égal au titulaire.
Et même la blessure de Nkoulou n’a pas été un handicap insurmontable pour le groupe. Un enseignement intéressant avant la CAN, d’autant que l’OM ne devrait finalement se passer que du Camerounais et d’André Ayew, tandis que Dja Djédjé pourrait finalement rester. Là encore, un club obsédé par son équilibre financier devrait y voir toutes les raisons de la sagesse.

 

Sans doute même, les financiers du club auraient souhaité réaliser une bonne opération financière en se séparant de l’un des gros salaires. D’autant que pour la plupart, ils seront en fin de contrat à la fin de la saison. Mais franchement qui comprendrait le départ d’un André-Pierre Gignac ou d’un André Ayew au mois de janvier prochain ? Certainement pas Marcelo Bielsa . Et on n’imagine pas qu’il n’ait pas son mot à dire, quand on se souvient de la passe d’arme de septembre dernier.
Septembre dernier, c’est justement la dernière fois qu’on a entendu le son de la voix de Vincent Labrune.

 

 

 

Gignac : un enjeu uniquement financier

Visiblement, le président de l’OM, jusque là aphone, vient de retrouver son pot de miel puisqu’il s’est exprimé en début de semaine sur les ondes de RMC. Interrogé par le « média partenaire », VLB est justement revenu sur la situation du buteur marseillais, qui avait annoncé faire de l’OM une priorité remettant du même coup la pression sur la direction du club phocéen. « Sportivement, la question ne se pose pas, affirme Vincent Labrune, je prolonge Gignac. Il est quand même à 12 buts en 17 matchs ! Et même avec la qualité de Batshuayi, on ne peut pas fonctionner avec un seul avant-centre. Si on perd Gignac, cela m’obligera quoi qu’il arrive à acheter un autre attaquant. Donc, l’enjeu n’est que financier.»
L’enjeu c’est bien le salaire de Gignac, mais aussi d’Ayew. Et c’est encore ce qui avait valu à Rod Fanni un stage dans les caves  de la commanderie. Dans le cas des deux premiers, VLB souhaite faire passer leur salaire mensuel à 200.000 euros, contre plus de 300.000 actuellement.

 

 

 

L’OM n’a pas les bonnes cartes

Mais qui détient les meilleures cartes dans cette partie de poker ?
Certainement pas la direction du club. Faut il rappeler que l’arrivée de Gignac en 2010 s’est conclue sur un montant de 18 millions d’euros. A l’époque, Dédé est arrivé blessé, et au creux de la vague. Quatre ans après il pourrait quitter le club après y avoir fait la plus saison de sa carrière sans rapporter un seul centime à l’OM.
 L’OM devra donc composer et trouver  un compromis acceptable lui permettant de garder son joueur ou de récupérer une partie de son transfert exorbitant.
Et Vincent Labrune le sait bien qui n’est sorti de son mutisme que pour tenter de contrer le plan de com monté par les Agents de Gignac.
Mais rapidement il retourne se mettre à l’abri des enjeux sportifs : « Nous sommes hyper concentrés sur le championnat et notre place de leader, affirme-t-il. Je n’ai pas envie de polluer la saison avec des spéculations et des déclarations autour de mes joueurs. Il n’y a aucun sujet sur aucun joueur».
En voilà une « hyper-concentration » qui tombe à pic…

                              

 

 Antonin VIAN
 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0