Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM – [OLYMPIENS] UN BON NUL SUIT UN MAUVAIS…

Par Mis à jour le - Publié le

Voilà vé, il est inscrit quelque part qu’un FC Lyon-Olympique de Marseille ne peut se dérouler sans faits de jeu. Et le cono qui s’est chargé de la programmation a indiqué qu’ils devaient profiter aux hommes de Jean-Michel Aulas.
 
L’arbitre du match, dont on se demandait quelle serait la qualité de sa prestation, puisqu’il s’agissait d’une femme, aura donc aidé les lyonnais dans l’obtention d’un résultat.
Garcia avait motivé ses joueurs pour un départ canon, avec beaucoup de densité, d’intensité, d’agressivité autour du porteur du ballon, de la vitesse, une progression verticale, en passes courtes. Nous étions sous pression, retrouvant ces difficultés à conserver le ballon que nous pointons depuis le début de la saison. Nous n’y étions pas. Les situations chaudes rôdaient autour de la cage de Mandanda, chaud. Mais aux alentours du 1er quart d’heure, à la faveur du premier ballon d’attaque, et contre le cours du jeu, Thauvin glissait à Payet qui d’un petit coup de patte droite sec et précis, glissait la balle au ras du poteau de Lopes.
 
Il faut malheureusement rester concentré et éviter la moindre erreur dans les moments qui suivent une prise d’avantage. C’est ce même Payet, en position de défenseur face à Dubois, qui jouait le ballon, le touchait même, mais son pied finissait sur le tibia de Dubois qui se livrait à son numéro préféré de victime, se tordant de douleur par terre. L’arbitre sortait le jaune direct, mais la VAR signalait que c’était plus grave, et Stéphanie, notre nouvelle amie, sortait le rouge.
 
On se préparait dès lors à subir. Et nous subîmes et bim sur la tête quelque temps plus tard, Stéphanie nous assénait un « pénalty pour Lyon », ce grand classique pour une faute peu évidente et très amplifiée du lyonnais qui avait perdu la balle. Aouar se chargeait de la transformation malgré que Mandanda manquait de peu le sortir.
 
El Fenomeno sauvait une situation encore derrière, il intervenait aussi en repoussant sur son poteau une grosse reprise de Toko-Ekambi, mais Kadewere qui avait suivi mettait au fond. Les joueurs s’apprêtaient à faire la remise en jeu mais la VAR intervenait pour annuler le but.
Et que dire sur cette sortie assassine de Lopes sur Alvaro, laissant traîner les jambes dans le ventre de l’espagnol. Stéphanie ne relevait rien, lâchement.
 
La mi-temps était sifflée sur le score de 1-1.
 
La 2e mi-temps se déroulait sur ce même rythme lyonnais nous maintenant sous pression. Heureusement, les attaquants en face affichaient beaucoup de maladresse, Caqueret notamment qui s’était ouvert le but sur un contrôle faisant suite à un centre en retrait de Toko Ekambi.
 
La défense olympienne tenait mais on se demandait bien pour combien de temps. Surtout que Kamara sortait, remplacé par Gueye alors que Radonjic entrait à la place de Benedetto.
Les minutes défilaient mais la défense olympienne repoussait tout. On sentait même que l’OM voulait croire en quelque chose, du reste, les lyonnais était â deux doigts de l’autogoal.
 
Stéphanie tentait de se montrer agréable à nos yeux en refusant un but à Aouar qui pouvait être valable, mais ce n’est pas notre problème.
 
À la 78e, un centre de Depay passait devant notre ligne sans que personne ne puisse mettre le cuir au fond. On revenait de loin.
 
80e, Radonjic se faisait prendre en cisaille entre deux lyonnais sous les yeux de Stéphanie, mais elle ne bronchait pas.
 
84e Aouar ratait une excellente occasion en croisant trop son tir.
 
85e Amavi qui venait d’intercepter un ballon d’attaque lyonnais, se lançait dans un raid de la mort et se voyait fauché par  Guimaraes qui prenait un jaune.
 
87e Rongier frappait suite à une séquence de possession olympienne, la balle était contrée en corner. Il ne donnait rien.
 
94e Depay ratait la dernière opportunité lyonnaise.
 
En jouant à 10, les olympiens se sont surtout appliqués, ils se sont arrachés, pour résister. Mais qu’est-ce qu’aurait donné ce match en restant à onze ? Surtout en 2e mi-temps. Le pénalty est sévère compte-tenu du fait que le lyonnais avait perdu le ballon qui filait en six-mètres.
 
Comme le chasseur, il y a l.e bon et le mauvais nul. Celui de ce soir est un bon. Il a permis aux olympiens de montrer toute leur volontè et leur détermination à ne pas lâcher. On s’en contentera. L’équipe va bouger avec le départ de Bouna Sarr, joueur que je veux saluer car il n’a jamais triché, je lui souhaite bon vent pour la suite de sa carrière. Il y aura la probable arrivée de Cuisance.
 
On marque toujours le pas, mais la saison ne fait que commencer. Montrons-nous patients encore. L’équipe, où tout le monde est à féliciter, Mandanda plus que les autres.
 
Vive le grands Roger Magnusson !
 
Thierry B Audibert
Suivez-moi sur Twitter : TBAudibert
 
 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0