PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant
PUBLICITÉ

OM – [OLYMPIENS] HASARD ET COÏNCIDENCE

Publié le - Mis à jour le

 
Hèèè ma fouaaa, tu as beau te dire que ce n’est qu’une suite fortuite de coïncidences, mais ça donne vachement envie de les interpréter.
 
Si tout allait bien sportivement et financièrement pour l’Olympique de Marseille, tu ne te poserais pas de question, mais comme c’est un abominable gros bordel qui se prépare… c’est pas pareil papa.
 
Vendredi soir, lors d’OM-Nantes, par exemple, match perdu alors que la situation ne portait déjà pas à l’optimisme au coup d’envoi, on trouvait des présences symboliques.
 
C’est d’abord Pape Diouf qui a été acclamé sur le parvis avant de se rendre à l’intérieur du Stade.
 
Et puis, chose surprenante, on trouvait dans la tribune officielle, juste devant le patron du club, Frank McCourt, l’ancien patron de l’UEFA Michel Platini venu en voisin depuis sa villa de Cassis. L’occasion d’une image frappante en voyant l’ex-capitaine et buteur de l’Équipe de France se retourner pour parler, voire plaisanter avec l’américain.
 
Souvenez-vous du 26 mai 93 avec cette image inoubliable de Platini se retournant pour féliciter Bernard Tapie placé juste derrière lui au coup de sifflet final qui faisait de l’OM le nouveau roi de l’Europe du football.
 
Et puis mardi soir, lors du baptême du nom de Charles Aznavour pour la salle de spectacle du Silo, il y avait encore du beau monde. On y retrouvait l’ex-président délégué de notre club, Pape Diouf, mais aussi Laurent Blanc accompagné de Franck Passi. Je ne vous fais pas un dessin. Ni un dessein.
 
Le plus drôle est que certains joueurs actuels de l’OM étaient là : Rami, Gustavo, sans oublier l’entraîneur Rudi Garcia rarement présent dans une soirée marseillaise.
 
Alors il ne s’agit pas de se faire des films.
 
C’était plein au Silo pour cet évènement, et puis il y avait la caméra du FC Marseille pour focaliser sur ce petit monde. Mais c’était aussi plein à Septèmes pour le spectacle de mes amis de Quartiers Nord dans le cadre du festival de l’Overlittérature, tout comme c’était plein aussi à l’Opéra de Marseille où je me trouvais pour Turandot. Comme quoi, il se passe beaucoup de choses à Marseille.
 
Au Silo, dans la salle Charles Aznavour, Jean-Charles De Bono pour le FC Marseille tendait son micro à Pape Diouf pour l’interroger sur la situation de l’OM. Celui-ci ne se privait pas, certes de manière fort élégante, de signaler qu’il fallait une direction forte pour que ce club fonctionne, façon de dire que cela ne semblait pas être le cas en ce moment, et il appuyait en disant que c’était à la direction que revenait le devoir d’indiquer le tempo de la motivation.
 
Platini, Pape Diouf, Franck Passi, Laurent Blanc… voilà du beau monde que le patron américain de l’OM pourrait avoir la bonne idée de consulter. Il y en a d’autres. Mais Frank McCourt devra passer par des consultations pour rectifier le projet (qui n’en est plus vraiment un) puisqu’il pique sérieusement du nez.
 
Je ne veux pas passer pour un obsessionnel auprès de ceux qui me font l’honneur et l’amitié de me lire tous les jours, mais le grand enjeu pour l’OM et tous les suiveurs, ce seront dans les jours où les semaines qui viennent les déclarations que Frank McCourt sera amené à faire.
 
Il va devoir penser sa position et l’exprimer. Et comme le disait Pape Diouf à De Bono, il va devoir aussi remettre de l’argent pour combler des pertes qui s’annoncent considérables.
 
Bref, le regroupement de ces personnes se retrouvant en même temps au même endroit, de façon rapprochée, n’est sans doute qu’une coïncidence. Mais comme chacun sait, il n’y a jamais de hasard.
 
Au fait, avez vous remarqué que je n’ai pas écrit le nom d’Eyraud dans ce billet ? Zéro Eyraud, dis-donc. Zéro, ce chiffre lui va si bien.
 
Vive le grand Roger Magnusson !
 
Thierry B Audibert
 
 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0