OM Info Publié le - Mis à jour le - Par

OM – [OLYMPIENS] NE NOUS FAITES PAS HONTE…

.
Info Chrono
Top articles de la semaine

Hèèè ma fouaaa, la conf’ d’avant-match avec Payet et Garcia n’a rien laissé filtrer des intentions de composition d’équipe ou des orientations stratégiques de départ pour le Classico.
 
Et perque Rudi G. nous aurait mis dans la confidence ? Tout Marseille se demande si l’équipe va rester inchangée, à part Amavi qui devrait reprendre sa place, ou si Strootman ou Gustavo, ou les deux, seront réintégrés par sécurité au prétexte que Sanson et Lopez ne seraient pas assez costauds, si Payet aminci et gainé prendra la place de Germain. Chacun en mode entraîneur avance sa composition avec ses arguments, tous se valent, mais un seul homme décidera comme je l’indiquais dans un de mes billets de la semaine. Et cet homme seul, nous n’avons pas senti chez lui hier après-midi une particulière motivation.
 
Je veux bien penser qu’il cache son jeu, qu’on ne peut juger le degré de préparation de l’équipe à travers son attitude,…
 
… mais pour autant, nous n’avons pas remarqué que cette rencontre constituait pour lui un moment particulier. Une façon de tenir la pression à distance ? De ne pas communiquer son propre stress à l’équipe ? Mais alors, si ses joueurs se calent sur lui, a-t-on encore quelque espoir qu’ils arrivent avec la motivation que nous attendons, celle qui leur donnerait envie d’élever leur niveau d’investissement, de concentration, de technique, de force, de sang-froid ? Réponse sur le terrain dimanche.
 
Mais d’une manière générale, je voudrais inviter tous les observateurs à l’humilité.
 
C’est juste à l’entraîneur de faire comme il sent. Il a les joueurs tous les jours avec lui. Il est au courant de leur condition physique, de leurs capacités du moment, quasiment au micron près. Personnellement, j’admettrais ses options de départ quelles qu’elles soient parce que j’ai la naïveté de penser qu’il a plus de biscuits que moi pour opérer ces choix. S’il ne change pas son onze ce sera acceptable, et s’il sécurise son milieu de terrain, ce le sera aussi. Nous nous rejoindrons dans la volonté de ne surtout pas avoir honte de nos joueurs, de notre équipe, de notre club, de nos couleurs. Nous sommes prêts à perdre mais pas sans combattre. Nous voulons les voir lutter jusqu’au bout, quel que soit le score. Préparez-vous bien messieurs, nous allons vous scruter en profondeur, je sais, c’est très facile d’avoir ce rôle, mais nous aimerions tellement être â votre place.
 
Vive le grand Roger Magnusson !
 
Thierry B Audibert