OM Info Mis à jour le - Publié le - Par

OM – [OLYMPIENS] RESTONS POSITIFS !

.
Info Chrono
Top articles de la semaine

Hèèè ma fouaaa, nous savions bien que les trois victoires d’affilée ne devaient pas nourrir la moindre enflammade.
 
Alvaro qui se blesse bêtement, un arbitre dépassé qui expulse deux de nos joueurs, et bim… patatras.
 
Je lisais les tweets qui ont suivi ce match à Dijon et j’y ai noté un mélange de fatalisme et de frustration. La colère était inutile. Nous devions nous douter que si une révolte dijonnaise devait voir le jour, c’est devant nous qu’elle risquait de se produire.
 
Après tout, si on examine le contexte, tout nous portait à attendre une rencontre difficile. Un gros match dimanche après-midi, sous une pluie nourrie, terminé à 9. Des blessés et des suspendus d’importance, et en face, un stade plein, des dijonnais affamés de points, surmotivés devant leur public.
 
À l’arrivée, on pourrait presque penser que ce sont les bourguignons qui ont laissé deux points sur le tapis si on examine le nombre élevé de leurs occasions. Mais il ne faut pas oublier non plus qu’il n’a pas manqué grand chose à Lopez, Perrin, Radonjic et Benedetto pour ouvrir le score et par là de changer notre perception de la rencontre.
 
De la même façon, si on enlève les soucis olympiens dans le domaine aérien, la défense à laquelle j’ajoute Strootman a montré beaucoup d’abnégation et de ténacité pour résister aux offensives dijonnaises.
 
Derrière eux, Mandanda s’est encore montré un patron exemplaire. Je ne lui reprocherai pas un manque de sorties aériennes car il y avait beaucoup de densité devant lui, on peut également se dire qu’il pouvait appréhender de blesser un partenaire. Le gardien olympien en interview signalait que les adversaires du soir avaient de la hauteur de taille, et il a raison. C’est emmerdant pour Caleta-Car qui est pourtant bien doté sur cet aspect.
 
Kamara n’a pas manqué car Perrin a bien rempli son contrat et mérite d’être encouragé, permettez-moi d’y voir quelque chose de plutôt positif là aussi.
 
Celui qui a manqué pour peser devant, tout le monde le sait, il inspire tout de même la crainte, c’est Payet. Surtout pour la conservation du ballon.
 
Lopez n’a pas pu renouveler sa bonne performance de samedi, mais il ne fût pas particulièrement mauvais. Sanson a été tonique et actif.
 
Devant, Benedetto faisait connaissance avec un stade de la France profonde, face à des défenseurs physiques qui s’en méfiaient comme de la peste. Il ne faut pas oublier qu’il est encore en phase d’adaptation.
 
Bref, restons positifs. L’OM n’a pas survolé ce match contre une équipe à un point en 6 rencontres, mais tout n’est pas à jeter. Il faut tenir jusqu’au retour des pièces maîtresses.
 
Il y a quelques motifs d’espérer, et pour ma part, je trouve que cette équipe mérite d’être encore encouragée dès dimanche. Car elle est généreuse, et nous pouvons nous en réjouir.
 
Vive le grand Roger Magnusson !