PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant
PUBLICITÉ

OM – [OLYMPIENS] UNE BONNE SOIRÉE ENTRE POTEAUX…

Hèèè ma fouaaa, j’aime les matchs le vendredi soir, tu viens, tu gagnes et tu as tout le week-end peinard, heureux, dispo.
 
Mais ce succès fût long à se dessiner. Ce ne fut pas faute pour les olympiens de s’employer pour marquer le plus vite possible. On avait pas vu autant d’occasions au cours d’une 1re mi-temps depuis longtemps.
 
Il fallut tout de même 11 minutes pour voir la première, servi par Payet, Benedetto s’était ouvert la voie vers la cage de Larseneur mais l’argentin butait sur l’excellent gardien brestois.
 
À la 16e, Sanson expédiait un boulet sur la transversale. Cinq minutes plus tard, on voyait Amavi reprendre spontanément un centre du pied droit mais ça passait à côté. Mais surtout, à la 38e, Benedetto reprenait puissamment de volée un centre de Sakaï mais malheureusement Larseneur se trouvait sur la trajectoire.
 
On pourrait croire que les brestois subissaient mais ce n’est pas tout à fait la vérité. Sur un centre d’Autret, un brestois devançait Mandanda, sur la reprise, le ballon touchait les deux poteaux en roulant sur la ligne pendant un temps interminable. Ceux qui croient aux ondes peuvent se dire que tout le Virage Sud, profondément concentra son attention sur la sphère de cuir pour la repousser mentalement, l’empêcher de basculer de l’autre côté. Mais trêve de considération ésotérique, on s’en sortait vraiment très bien sur ce coup. L’arbitre nous agaça souvent au cours de la 1re mi-temps, et mon ami Jacques avait encore raison de le traiter de bel enculé.
 
Nous avions assisté à une mi-temps très vivante, avec des olympiens volontaires mais aussi des brestois qui ne refusaient pas le jeu, c’était un vrai bon putain de match de ballon.
 
La deuxième mi-temps allait être complètement folle.
 
50e Payet tirait parfaitement un coup-franç qu’il venait d’obtenir. Larseneur le repoussait d’une belle horizontale au ras du poteau sur Caleta-Car qui reprenait à côté.
 
53e Sur un centre de Payet, Bouna Sarr exécutait une reprise de volée absurde.
 
La délivrance arrivait à la 56e, Larseneur se trouait enfin sur une passe en profondeur pour Benedetto lequel était sur le point de la glisser au fond quand il était fauché dans la surface, mais heureusement que Sarr lancé comme un bolide marquait dans le but vide.
 
Peu de temps après, l’arbitre sanctionnait Larseneur, coupable d’avoir repris le ballon à la main sur une passe en retrait de son défenseur.
 
Il se passait encore quelques instants à peine quand Payet avait une nouvelle chance sur coup-franc aux 18 mètres il trouvait la transversale. Ça devenait encore plus fou avec Rongier, qui à la sortie d’une belle action touchait d’un tir du pied gauche le poteau droit de Larseneur.
 
Les brestois étaient au bord de la rupture. Les corners s’enchaînaient. Les hommes de Villas-Boas harcelaient leurs adversaires dès la perte du ballon. Ils ne reculaient jamais.
 
Il y eut un magnifique échange dans la surface Payet-Sanson-Benedetto, l’argentin frappait à la sortie, malheureusement à côté.
 
C’était ensuite au tour d’Amavi d’enrouler une frappe pied droit qui passait encore à côté.
 
Vers la 80e on commençait un peu à s’inquiéter de ne pas faire le break.
 
Radonjic, sur un de ses premiers ballons débordait côté gauche mais tirait bêtement dans l’angle fermé au lieu de redresser.
 
On reculait. On laissait les brestois s’approcher, on s’exposait et ce que nous redoutions arrivait à la 88e minute. Coup de clim’ dans le stade. C’était tellement injuste. Profondément immérité. Mais mon poulain, Nemanja Radonjic avait décidé de mettre la cape de zorro. Débordant côté gauche, il enroulait pied droit…… lucarne. Le stade explosait.
 
Le score en restait là malgré deux nouvelles opportunités pour Sanson, Rongier, Lopez. Putain que c’était beau.
 
Tous les marseillais sont à féliciter. La défense a tenu, je me fous de qui est responsable sur le but, j’étais loin. Sanson et Rongier se sont encore dépouillés. Les latéraux ont été bons. Les attaquants aussi. Qui ce soir à envie d’emmerder Strootman ?
 
Deuxièmes dans un fauteuil, on va regarder tranquilles les autres s’affronter. Deuxièmes ? Non, premier du vrai championnat de France.
 
Vive le grand Roger Magnusson !
 
 

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0
     
    yandex bola