Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Adikson/Le Muge : « MLD a laissé pourrir la situation » (2/2)

Par Publié le - Mis à jour le

Le Rap, l’OM, Labrune, l’interview du Muge… par FootballClubdeMarseille

 

 

 

En marge de la sortie de leur clip Bielsa en l’honneur de l’ancien entraîneur de l’OM (cliquez ici pour le visionner), le duo de rappeurs indépendants Adikson et Le Muge a accordé un entretien à Football Club de Marseille. Leurs parcours respectifs, les motivations à la réalisation de ce clip hommage, un regard différent sur le contexte marseillais actuel, des anecdotes en tous genres, tout y passe. On a même rencontré le sosie d’El Loco

 

 

 

Margarita Louis-Dreyfus aurait-elle dû virer Michel plus tôt dans la saison ?

 

Le Muge : MLD a hérité du bébé. Elle s’en bat les couilles. Elle ne sait pas trop quoi en faire. C’est la femme de l’ex-président, le problème est là. Le football et elle, ça fait deux. RLD bandait pour le foot, et elle se retrouve avec le club sur les bras…

 

Adikson : C’est comme quand t’as un proche qui décède, il te lègue un meuble auquel il tenait énormément, tu le trouves hyper moche, mais tu le gardes car ta famille l’aime bien. Elle se retrouve avec un truc super encombrant. Elle ne vient quasiment jamais à Marseille. Elle n’a strictement aucune idée de ce qui se passe dans l’entourage du club. Mais, j’en veux plus à Labrune qu’à MLD, même si elle a laissé pourrir la situation. 

 

Selon vous, quel type de coach faudrait-il à l’OM ? Et comme joueurs ?

 

Le Muge : Je dirais Bielsa, mais je pense qu’il ne reviendra pas. Mais il faudrait des entraîneurs avec de la grinta, du caractère. Des joueurs qui ont faim, capables de porter le maillot de l’OM. Pas des types qui font des chichas… Avec un petit budget, des joueurs qui ont faim, on peut faire quelque chose.

 

Adikson : Avec très peu de moyens, je préfèrerais un mec avec l’héritage de Bielsa. On a parlé de Jorge Sampaoli, pour moi ce serait l’idéal, voire Gaby Heinze. Pour les joueurs, les stars, les gros noms, je n’y crois plus du tout. À la limite, je préfèrerais un discours honnête de la direction. Repartir avec un entraîneur charismatique type Sampaoli, quelques cadres, garder Isla, Diaby qui peut être un pilier pour la saison prochaine. Et rebâtir avec quelques minots, donner sa chance à Sparagna, avec Fabri qui va revenir, pourquoi pas Aloé…

 

Le Muge : Il faut détruire pour tout reconstruire.

 

Adikson : Qu’ils dégagent et qu’ils vendent, on veut changer d’atmosphère.

 

 

Adikson

 

 

Qu’attendez-vous de la mise en vente du club ?

 

Le Muge : Comme tout le monde j’attends de voir. On est à Marseille, il y a beaucoup de rumeurs. On aura peut-être des surprises.

 

Adikson : Je pense que la vente du club est déjà actée. Le groupe Louis-Dreyfus ne communiquerait pas sur une officialisation de la mise en vente du club s’il n’avait aucune idée d’un potentiel acheteur. Un truc qui m’a fait un peu espérer, c’est la rumeur des Cantona autour du club. Pourquoi pas, ça m’a fait un peu sourire. Sinon, on attend juste un renouveau, quelque chose de solide, pas un Jack Kachkar.

 

 

Un investisseur type QSI ne dénaturerait-il pas l’image du club ?

 

Le Muge : Le Qatar, ce n’est pas ma tasse de thé. Mais si demain, un patron type Qatar arrive et il te fait une équipe de folie, je ne dirais pas non. Après si c’est pour tout refaire, comme à Paris où ils ont dénaturé complètement le club… À Marseille, c’est pas possible.

 

Adikson : L’arrivée des Qataris avec un modèle type PSG, ça va tuer le dernier noyau de supporters fidèles… Je ne veux pas qu’on en arrive là à Marseille. Je ne me reconnais pas du tout dans la gestion des Qataris. Je préfère conserver la ferveur, un public, les tifos, une certaine liberté. Si c’est pour se faire racheter par des milliardaires et être éliminé tous les ans en quarts de finale de Ligue des Champions, franchement je n’en ai rien à foutre.

 

 

 

Muge

 

 

 

Votre meilleur souvenir à l’OM ?

 

Le Muge : Quand j’étais petit. J’avais 9 ans, je partais d’Endoume au stade. Après les matches, on allait sous les tribunes pour ramasser les objets perdus. On était toute une bande de potes du quartier, c’était la belle époque. On voyait de sacrés matches…

 

Adikson : Quand j’habitais encore dans l’est de la France, j’allais au stade de la Meinau (à Strasbourg) avec ma grand-mère, qui a 80 ans aujourd’hui, et qui est une grosse supportrice de l’OM. J’ai le souvenir d’un Strasbourg-Marseille où Luyindula ouvre le score pour Strasbourg et c’est George Weah qui égalise. À ce moment-là, on était dans une tribune strasbourgeoise, et ma grand-mère sort de son sac à dos une écharpe de l’OM et un drap où elle avait écrit « Mamie à fond derrière l’OM ». C’était tellement chaud que les stadiers ont presque dû exfiltrer ma grand-mère et moi, avec mon père, pour pas qu’on se fasse buter (rire). On a loupé les 20 dernières minutes du match et mon père a passé un savon à ma grand-mère…

 

 

Et le pire ?

 

Le Muge : Les mauvais souvenirs, on est en plein dedans. Le plus mauvais souvenir cette année, je pense que c’est Slovan Liberec, perdre contre le club de Borat (rire), c’est juste pas possible.

 

Adikson : Je suis allé voir un Nice-Marseille avec mon père, l’année où il y avait Lizarazu, Pedretti. C’est la première fois que mon père allait voir un match à l’extérieur et il déteste se battre, c’est un mec pacifiste… Et à la fin du match, grosse baston devant le Stade du Ray, on se retrouve au milieu d’une boucherie…

 

 

Propos recueillis par Paul Rourgue et Bryan Gironis

 

 

 

Retrouvez les t-shirts El Loco sur la boutique Football Club de Marseille

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0