OM Interview Publié le - Mis à jour le - Par

Bosquier : « J’en veux à certains joueurs »

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
MICHEL / Remy CABELLA - 23.08.2015 - Marseille / Troyes - 3eme journee de Ligue 1 Photo : Gaston Petrelli / Icon Sport

L’ancien défenseur de l’Olympique de Marseille, et de l’équipe de France, Bernard Bosquier évoque pour Football Club de Marseille la situation du club phocéen après un troisième match nul de suite en championnat (Toulouse, Ajaccio,  Lorient). Interview.

 

 

<FCM – Quel est ton sentiment sur ce nouveau match nul de l’OM à Lorient (1-1) ce week-end ?

 

Bernard Bosquier: « C’est toujours pareil, heureusement que Mandanda est là car sinon tu serais presque dernier du championnat. Ils peuvent lui faire une statue car il sauve l’équipe depuis trois mois.  Il n’y a pas d’envie ni d’allant, ou de motivation dans cette équipe. Si tu n’as pas envie fais un autre métier… J’en veux à certains joueurs qui ne donnent pas assez. Ou alors, c’est qu’ils ne peuvent pas donner plus.  Et je confirme ce que je dis depuis longtemps: les trois quarts des joueurs de cet effectif sont limités techniquement. Ils n’arrivent pas à faire quatre passes de suite »

 

 

 

FCM – Tu penses que les joueurs sont démobilisés ?

 

Bernard Bosquier: « S’ils ont lâché c’est grave, et il faut qu’ils aillent faire un tour en CFA. Quand j’entends dire que Mendy était en boite de nuit juste après Ajaccio, mais ils n’ont pas de figure.. Quand tu gagnes la Coupe de France, ou que tu es Champion, à la limite tu sors, je veux bien, mais là, ce ne sont pas des professionnels. Quand on est pro, c’est sur et en dehors du terrain. »

 

 

 

FCM – Qui est selon-toi le principal responsable, l’entraineur ou les joueurs ?

 

Bernard Bosquier: « On tape sur l’entraineur, mais ce n’est pas le principal responsable selon moi car il y a des joueurs qui ne jouent pas à fond comme on doit jouer en professionnel. Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question de mental. Il y a une équipe qui n’est pas terrible, surtout techniquement. Mais qu’ils aient au moins un peu d’amour propre,  les supporters ne demandent que ça, que tu te battes sur le terrain. »