OM Info Publié le - Mis à jour le - Par

Arrêtons de comparer Benedetto à Mitroglou !

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Dario BENEDETTO of Marseille and Valere GERMAIN of Marseille during the Ligue 1 match between Nimes Olympique and Olympique Marseille at Stade des Costieres on February 28, 2020 in Nimes, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade des Costières - Nimes (France)

Dario Benedetto a été le grand artisan de la victoire marseillaise hier soir à Nîmes. De quoi enfin faire taire les comparaisons douteuses entre sa saison actuelle et celle réalisée par Konstantinos Mitroglou en 2017/18 ? 

 

 

Mitroglou est bel et bien devenu une référence footballistique en Ligue 1… mais pour mesurer l’échec d’un joueur fraîchement recruté ! 
Certes l’histoire de l’attaquant grec avec l’OM restera pour toujours entachée de gros points d’interrogations (la volonté du coach en place, le système de jeu…) mais il symbolise indiscutablement la débâcle du recrutement made in « OM Champions Project » (grosse indemnité, gros salaire, petit rendement).

 

 

Devant les prestations franchement décevantes de Dario Benedetto ces dernières semaines, la comparaison avec l’attaquant grec a commencé à pointer le bout de son nez sous la formule « finalement, votre attaquant-là, il ne marque pas plus que Mitroglou la première année. » Bien aidé, il faut le dire, par l’auto-satisfaction du Grec devant ses chiffres lors de sa fameuse première saison olympienne.

 
« Marseille est considéré comme l’une des plus grandes équipes en France, la seule à avoir gagné la Ligue des champions. La pression est donc forte et naturelle, comme la critique. Pour un buteur, il y a les stats. J’ai mis 13 buts en 30 matchs, on a atteint la finale de la Ligue Europa. Tout le monde peut critiquer, tout le monde a le droit, mais je ne suis pas touché ».
Konstantinos Mitroglou, décembre 2019  – Source : Sport24

 

Mais derrière les chiffres…

 

 

Psychologiquement, un boost pour l’équipe

 

 

En début de saison, Dario Benedetto a réellement réveillé une équipe qui sortait d’une saison dernière traumatisante. Ses buts à Nice, Monaco et contre Saint-Étienne ont constitué un socle, points et psychologique, sur lequel ses partenaires ont pu s’appuyer. 

 

 

L’énigmatique Kostas est lui arrivé blessé puis a déçu avant de devoir être porté par ses partenaires pour refaire surface alors qu’il se noyait dans un contexte qui ne lui était pas favorable. Certes, il a marqué et certains de ses buts ont fini par compter dans les résultats en Ligue 1 (ses deux buts à Troyes et à Toulouse notamment) mais il n’a jamais eu l’importance de l’Argentin dans le rendement général de l’équipe (avec la même concurrence pour les deux, Valère Germain).

 

Benedetto a bénéficié psychologiquement à l’équipe quand Mitroglou a bénéficié psychologiquement de l’équipe.

 

 

Physiquement, tous les deux dans le dur, mais Benedetto a déjà plus joué cette année que Mitroglou en 2017/18

 

 

La condition physique de Benedetto interroge sur le long terme. L’ex de Boca a en effet donné l’impression de sérieusement piocher dans ses réserves ces deux derniers mois. Comme Mitroglou en 2017/18 ? Non car l’un joue quand l’autre avait du mal à se rendre disponible…

 

 

  Dario Benedetto 2019/20 Kostas Mitroglou 2017/18
Temps de jeu 2137 minutes tcc* 1 565 minutes tcc

 

  • * Alors qu’il reste encore 11 matches potentiels non joués en 2019/20

 

 

Certes Rudi Garcia ne faisait pas systématiquement confiance à Mitroglou (laissé 7 fois sans entrer sur le banc en Championnat) mais il ne pouvait pas grand chose face aux indisponibilités répétées de l’attaquant pour cause de blessures (8 matches de Ligue 1 ratés pour cette raison). De plus, l’OM s’était rajouté en 2017/18 quinze matches supplémentaires en Europa League.

 

 

Benedetto a, lui, cette année, serré les dents joué un paquet de matches diminué (absent deux matches seulement depuis son arrivée pour cause de blessure) et déjà engrangé plus de minutes de jeu sous le maillot olympien que le Grec deux ans plus tôt. Notons tout de même la volonté farouche de Villas-Boas de bénéficier de Benedetto à opposer aux doutes récurrents de Garcia sur Mitroglou.

 

 

Statistiquement, déjà mieux que Mitroglou en Ligue 1

 

 

  Dario Benedetto 2019/20 Kostas Mitroglou 2017/18
Buts et passes décisives en L1 11 buts et 1 passe dé’ 9 buts, 0 passe dé’

 
 

Avec son triplé hier soir, Dario Benedetto a dépassé le total final de but en Ligue 1 de Mitroglou en 2018. Sur l’ensemble des compétitions, le Grec avait inscrit 4 buts supplémentaires et délivré 1 passe décisive (dont 3 buts et 1 passe décisive contre Bourg-en-Bresse). 

 

 

En Ligue 1, Benedetto a déjà fait mieux que Mitroglou, sur l’ensemble de la saison. Il ne lui reste plus qu’à inscrire trois buts pour parvenir à faire mieux « au général. » Rappelons enfin que l’un possède un profil exclusif de buteur quand l’autre a une palette plus large, et donc des prérogatives différentes, dans le jeu…

 

 

Plus important que l’aspect purement statistique, l’Argentin a d’ors et déjà laissé une marque positive forte sur cet exercice. Il a impulsé une dynamique, s’est sacrifié pour l’équipe et a quand même inscrit des buts. Le Grec a retardé une dynamique, été fréquemment sacrifié par son coach et a quand même inscrit des buts.

Il n’est nul besoin de noircir (plus que de raison) le passage de Mitroglou à l’OM ou de porter aux nues opportunément Benedetto après son coup de chapeau mais simplement de mettre fin à une comparaison absurde qui ne profite à aucun des deux…