Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

D.Cissé : « Si l’OM m’appelle, je suis là dans les cinq heures ! » (Exclu FCM)

Par Mis à jour le - Publié le
Djibril Cissé croit en l'apport de Mario Balotelli si ce dernier devait rejoindre l'OM.


 

Djibril Cissé était à Marseille, hier, dans le cadre du colloque « Médias et Santé » organisé par la Provence et les universités de Marseille. L’occasion pour FCM d’aller lui parler OM. Son expérience avec ce maillot tout d’abord, son départ controversé du club (2008) puis celui des terrains en 2015 avant un éventuel retour ?

Le buteur franco-sénégalais n’élude aucun sujet. Interview.

 

 

 

 

Comment se passe ce petit retour à Marseille ? 

 

 

Djibril Cissé : « C’est toujours un plaisir de revenir ici. Je reviens souvient parce que j’ai de la famille dans le coin. J’ai aussi un partenariat avec Vita Liberté donc je suis souvent là.

 

C’est une ville spéciale pour moi, j’essaye de ne pas passer trop de temps sans venir. »

 

 

Djibril Cissé à l’OM, c’est 37 buts en 80 matches soit plus ou moins un but tous les deux matches de 2006 à 2008. Une finale de Coupe de France, deux qualifications en Ligue des Champions, bref, un bilan plutôt positif. Pourtant lorsque vous quittez le club à l’été 2008, on a l’impression que c’est un peu précipité. Est-ce que vous avez l’impression d’être parti trop tôt ? 

 

 

Djibril Cissé : « Parti trop tôt… Moi, je serais resté bien plus longtemps mais à l’époque, je ne sais pas si c’était l’avis du club.

Les trois, quatre derniers matches j’étais sur le banc sans qu’on me donne trop d’explications. Donc, à mon avis, c’était sans doute pas la volonté du club. Depuis petit, j’ai toujours supporté l’OM et même maintenant tout le monde sait l’amour que j’ai pour ce club.

C’est pas moi qui ai décidé de partir, ça n’a pas été une décision prise de mon coté. »

 

 

 

cisse-itw

 

 

Justement, à l’époque, le bruit courait que c’était RLD qui avait poussé pour que vous partiez puis Pape Diouf puis Éric Gerets. Voire même Djibril Cissé qui voulait du temps de jeu… 

 

 

Djibril Cissé : « Ha non, moi je ne voulais  pas partir ! J’avais fait des pieds et des mains pour venir, c’était pas pour repartir deux ans après.

Surtout qu’on sortait d’une année forte où je marquais le but de la qualification en Ligue des Champions contre Strasbourg lors de la dernière journée (4 – 3). J’avais pas fait tout ça pour partir au mois d’Aout.

 

Après d’où ça vient ? Pape, je ne pense pas… Le coach, non plus. Robert Louis-Dreyfus, j’ai pas trop eu de relations avec lui… Je ne sais pas d’où ça vient mais le truc c’est qu’on a arrêté de me faire jouer pendant 3-4 matches sans m’expliquer pourquoi. J’étais encore en sélection donc je ne pouvais pas me permettre de m’asseoir sur le banc et attendre. »

 

 

 

 

Avec le recul, l’OM termine cette année-là (2008/09) second avec trois points de retard sur Bordeaux, champion. En perdant beaucoup de points durant la blessure de Mamadou Niang avant la trêve hivernale. Il n’y avait alors plus d’avant-centre type de votre genre pour occuper la place de pointe dans le 4-3-3…

 

 

Djibril Cissé : « J’étais à Sunderland, j’ai mis dix buts dans la saison avec une équipe très moyenne qui jouait le maintien. Ces dix buts, ça équivaut plus ou moins à une quinzaine en France.

 

(Il souffle) On peut se dire que j’aurais pu aider le club à gagner deux, trois matches qui aurait fait la différence. C’est possible car j’étais vraiment bien à cette période mais.. on ne le saura jamais. »

 

 

 

Votre plus beau souvenir sur vos deux saisons olympiennes ? 

 

 

Djibril Cissé : « L’arrivée, le soutien du club et des supporters… J’en ai eu plein, ici. Un but contre Paris, plein de choses.

 

Mais surtout ce qui me reste vraiment, ce qui m’a vraiment touché : c’est lorsque je suis revenu avec Bastia. C’était un signe du divin, ça ne pouvait pas être autrement : mon dernier match, j’annonce que j’arrête… Et c’est contre Marseille au Vélodrome ! Mieux que ça, c’est dur !

 

J’ai eu un accueil terrible et aussi un très très bel hommage de Mr Bielsa. Il m’a dit des mots forts qui m’ont vraiment touché. Ce sont des moments que je n’oublierais jamais. J’ai eu vraiment de beaux moments dans ce club (sourire).  »

 

 

Djibril CISSE - 11.01.2014 - Valenciennes / Bastia - 20e journee Ligue 1

Cissé sous le maillot de Bastia avec lequel il est revenu au Vélodrome

 

 

 

Que vous a dit, Bielsa ? 

 

 

Djibril Cissé« Il m’a dit que j’étais un grand monsieur du football, qu’il m’aimait bien, qu’il me suivait depuis l’époque des moins de 20 ans en Argentine(Coupe du Monde 2001)… Il m’a limite remercié pour ce que j’ai fait dans le football.

 

C’est un MONSIEUR, un très grand coach et de recevoir des mots comme ça de sa part, j’étais limite… Je ne savais pas quoi ! C’était vraiment fort ! »

 

 

 

« Marseille, ça ne se refuse pas ! »

 

 

Un peu de foot fiction : vous reprenez le foot, l’OM pourrait avoir besoin de quelqu’un devant. Si demain, Rudi Garcia vous appelle et vous dit « Je veux que tu viennes, encadrer mon effectif et remplacer Bafé de temps en temps. » Vous lui répondez quoi ? 

 

 

Djibril Cissé« La question ne se pose même pas. Si l’appel se produit, dans les cinq heures, je suis là.

 

Marseille, c’est Marseille. Ça ne se refuse pas ! Et surtout moi, dans mon cas. Y’a d’autres joueurs qui peuvent y réfléchir ou prendre du temps pour réfléchir mais moi, ce sera pas le cas ! Il aura pas le temps de raccrocher que j’aurais pris mon billet d’avion. »

 

 

Pour le moment, vous vous orientez plutôt vers une reprise avec Auxerre ? 

 

 

Djibril Cissé : « Pour l’instant, je m’entraîne avec eux. Ça se passe très bien, j’ai fait deux oppositions en deux semaines. Les entraînements, ça tient, je « double » tous les jours. J’ai pas de douleurs, pas de blessures. C’est limite étonnant.

 

J’avais un pari fou, et lorsque j’ai un truc dans la tête, je fais tout pour l’avoir. Mais voilà, avec le corps, on ne sait jamais comment ça va réagir mais ça se passe très bien. J’ai perdu les kilos que je devais perdre. Tous les voyants sont au vert et j’attends. »

 

 

Avec toujours ces six buts en Ligue 1 qu’il vous manque….

 

 

Djibril Cissé : « Oui, pour atteindre les 100. Mais si je suis en Ligue 2 les six mois qui arrivent, il n’y a pas mort d’homme.

 

Et si je n’arrive pas à les atteindre, on aura tout fait pour y arriver. »

 

 

Vous le chasseur de but, de record, d’entrer dans l’histoire du foot pro en étant le premier à reprendre avec une prothèse de hanche, ça vous titille pas un peu aussi ? 

 

 

Djibril Cissé« Ça fait partie du truc mais c’est pas ce qui me fait courir. Mais ça ferait partie du package, oui.

 

C’est anecdotique mais ce serait beau. Pour le chirurgien surtout (Pr Parratte) qui a fait un super travail. »

 

 

gomis_pet_caen_05_01

« Gomis? Un ami. »

 

 

L’attaquant actuel de l’OM s’appelle Bafétimbi Gomis. Vous le connaissez bien puisqu’il y a notamment eu cet épisode juste avant l’Euro 2008* …

 

 

Djibril Cissé : « (Il coupe)  Ha oui mais ça, c’est la règle du jeu. Il a été là quand il fallait être là, il a été meilleur que moi quand il fallait l’être.

 

Mais Bafé, c’est un ami, quand on se voit, il n’y a pas de soucis. Il n’y a jamais eu de problèmes entre nous. Il y avait deux attaquants et un choix à faire, c’est tout. Si ça avait été le contraire, il aurait été content pour moi aussi. »

 

 

Vous le voyez terminer la saison à combien de buts ? 

 

 

Djibril Cissé : « Qu’il dépasse la barre des dix, c’est toujours un bon objectif.

Ce serait déjà une première saison correcte pour lui ici et ça aiderait bien le club. »

 

 

 

Propos recueillis par Mourad Aerts

 

*Gomis avait profité d’un amical juste avant le tournoi pour accrocher son strapontin pour l’Euro au détriment de Cissé

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0