OM Interview Mis à jour le - Publié le - Par

Le malaise Boutobba

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Footballclubdemarseille TV

Il est un peu plus de 20h30 quand, capuche sur la tête, Bilal Boutobba sort comme une flèche du stade Marcel Cerdan. La CFA de l’OM vient de s’imposer 3 buts à 1 face à Marignane. Abou Diaby a été titulaire et c’était l’événement de la soirée. Boutobba, lui, a fait un match plutôt anonyme et a été remplacé avant la fin du temps réglementaire. Du haut de ses 17 ans, Boutobba affiche une vitesse de course supérieure à la moyenne, quelques bons appels mais rien d’extraordinaire. L’attaquant olympien a pourtant fait un bon gros buzz cette semaine en déclarant dans La Provence ne pas vouloir signer pro à l’Olympique de Marseille. « J’ai besoin d’un projet sportif et il n’y en a pas ! Si je signe à l’OM, je sais que je me perds… J’ai toujours eu de la chance, j’ai toujours pu voir avant de faire. Et quand je vois mes copains qui ont signé pros ces dernières années, je pense faire le bon choix. Si Bielsa était resté, j’aurais joué. Il m’a beaucoup aidé, il m’a permis d’être en avance, mais, à ce jour, j’ai perdu tout ce bénéfice.  »
Certains observateurs ont pris ces paroles pour une forme d’arrogance venant d’un joueur en devenir. 8000 euros par mois, une voiture de fonction, entre autre, Boutobba l’assure: son refus de signer n’est pas une question d’argent. Reste que l’OM est sur le point de perdre à la fin de la saison un jeune prometteur.

 

« UN CREVE COEUR! »

 

Hier, au stade Marcel Cerdan de Carnoux, on sentait bien le malaise quand on a abordé la question avec les responsables du centre de formation. « Moi je suis là, en tant que directeur du centre de formation, pour les amener jusqu’au plus haut niveau. Après il signe, il ne signe pas, ça le regarde. Nous notre fonction s’arrête là, indique Thomas Fernandez. Oui ça me touche mais je n’ai pas d’autres commentaires à faire. » Le sujet est sensible car la possibilité de voir partir Boutobba sous d’autres cieux serait un gros gâchis et perpétuerait la tradition qui veut que l’OM ne sait pas intégrer ses jeunes pousses. Une malédiction qui n’est pas sans rappeler le cas de Mathieu Flamini. Certains cadres du centre de formation semblent déjà résignés à voir partir la pépite. « Des fois, on est dépassé par les événements. Là c’est son choix à lui son choix familial de ne pas signer à l’OM son premier contrat pro. Pourquoi? Je ne sais pas. Je n’ai pas tous les tenants et les aboutissants. Il faut respecter sa décision. Maintenant on passe à autre chose » indique un Pancho Abardonado un brin fataliste. Le plus agacé dans cette histoire c’est Robert Nazarethian le vice-président de l’association OM en charge des sections amateurs et de jeunes «Son cas a été plus ou moins bien géré (sic). J’ai appris qu’il ne signait pas. pour moi, c’est un crève-coeur parce que ce petit on l’a depuis qu’il a 12 ans. Finalement il ne signe pas pro. C’est un crève coeur ».

 

Évidemment, dans la gestion du cas Boutobba, les regards se tournent vers le club. Il parait invraisemblable qu’un jeune de 17 ans à qui on propose 8000 euros, une voiture, une maison puisse à ce point là cracher dans la soupe publiquement. La vérité est sans doute cachée. Il se murmure que le club forcerait la main à Boutobba pour qu’il change d’agent. Le sien ne serait pas en odeur de sainteté avec la direction. Une rumeur qui revient avec insistance et qui est difficile à vérifier tellement ce genre de négociations s’avèrent opaques et discrètes.

 

Quoi qu’il en soit, on sent un peu d’amertume au centre de formation. Tant d’efforts, tant de travail pour un tel résultat, ça en découragerait plus d’un…