Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM : Les starlettes sont retombées dans leurs travers

Par Mis à jour le - Publié le

L’euphorie est terminée à Marseille. Après un départ canon aussi bien dans les résultats que dans le jeu proposé, l’OM n’arrive plus à produire les mêmes prestations. Une baisse de régime entamée au début du mois de décembre et qui se confirme en 2015. Il y a plusieurs raisons à cet effondrement, Marcelo Bielsa n’est certainement pas le premier responsable.

 

Un effectif bien trop juste

 

Le coach argentin est critiqué pour sa gestion du cas Doria. Même si son choix de défense face à Nice est critiquable, ce n’est pas le plus gros du problème. Les limites de l’effectif sont nettement visibles en ce début d’année. Bielsa l’avait exigé en Aout dernier, il voulait doubler tous les postes en prévision de la CAN. L’OM doit faire sans deux éléments importants, N’Koulou et Ayew mais aussi avec les blessures d’Alessandrini et Barrada. Si l’on rajoute les suspensions, le technicien de Rosario se retrouve dans l’obligation de bricoler ses compositions d’équipes et ne dispose que des jeunes de la CFA2 sur le banc de touche, loin du niveau de la Ligue 1. Vincent Labrune n’a pas voulu renforcer l’effectif champion d’Automne, même avec uniquement la L1 à jouer, le niveau du centre de formation ne permet pas ce choix. Mais le problème le plus important reste la baisse du niveau individuel des joueurs.

 

Des cadres en baisse, des jeunes version 2013

 

Les cadres comme Gignac, Payet, Fanni et Romao marquent le pas. Le meilleur buteur olympien n’a marqué que 2 buts en L1 depuis le début du mois de décembre. De son côté Dimitri Payet a du mal à se remettre de sa mise à l’écart en fin d’année par Marcelo Bielsa. Fanni, surprenant d’assurance à son retour, affiche de la fébrilité. Romao est en retard sur beaucoup de ballons. La machine collective de l’OM est enrayée. Dans cette tempête, les jeunes starlettes du projet « Dortmund » retombent dans les travers de l’individualisme. Lemina, Thauvin et Imbula recommencent à vouloir faire la décision seuls, ils accumulent les touches de balle, ralentissent le jeu et perdent un nombre incalculable de ballon. Imbula, pourtant détonateur du jeu, n’arrive plus à donner dans le bon timing. Lemina et Thauvin tente bien trop souvent des dribbles impossibles face à trop adversaires. Dans ces trois cas, l’humilité qui pouvait caractériser leur jeu du début de saison a disparue. Le retour d’une certaine forme d’arrogance qui nuit au collectif. Batshuayi , souvent brillant dans un rôle de joker, est bien plus brouillon depuis qu’il est titulaire. Seul Mandanda maintient le cap, tout comme Brice Dja Djédjé qui affiche des progrès techniques sérieux.

 

Un retour à la l’humilité et à la simplicité

 

Morel l’a dit, il faut que les joueur arrive à se refaire violence. Certains se sont peut-être vu trop beaux. Il faut retrouver de la simplicité dans le jeu, des passes rapides, de l’humilité et de l’abnégation pour récupérer le ballon. Des efforts exigés par Bielsa que l’effectif à plus de mal à répéter. Sans ça, l’espoir de titre, mais surtout de qualification pour la prochaine Ligue des Champions risque fort de s’envoler. Sans cela, l’OM n’aura pas la même attractivité et l’avenir de Marcelo Bielsa en Provence se compliquera sérieusement…

 

 

Payet et le début d’année 2015 compliqué

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0