Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM : Personne pour assumer le fiasco ?

Par Mis à jour le - Publié le


Michel explique la saison ratée de l’OM par FootballClubdeMarseille

L’OM est dixième de L1 à 38 points d’un PSG déjà champion de France à huit journées de la fin. Le club a été éliminé de la Ligue Europa, de la Coupe de la Ligue, et propose un niveau de jeu consternant. Le stade se vide, les supporters ne sont même plus en colère, ils sont écœurés. Seule la perspective de la demi-finale de Coupe de France permet de conserver un peu d’intérêt pour cette fin de saison. Ni l’actionnaire majoritaire, le président du club, le coach ou les joueurs n’assument leur part de responsabilité dans ce fiasco…

 

 

A quoi joue Margarita Louis Dreyfus ?

 

MLD a décidé d’arrêter les frais. L’actionnaire majoritaire ne souhaite plus mettre un euro dans l’OM, même si cela peut couler le club. La milliardaire russe est se fait plus que discrète concernant ses intention. Veut-elle vendre ? Trouver des investisseurs . La communication autour de l’avenir du club est complétement incompréhensible   « Depuis quelque temps, on lit dans la presse un certain nombre d’informations (non confirmées) sur une possible vente de l’OM. Comme ces rumeurs ne cessent de grossir, j’ai décidé d’y apporter la réponse suivante : Je ne suis pas à la recherche d’un acheteur pour l’OM. En revanche, je serai attentive à toute initiative qui permettrait d’assurer une stabilité pour le club et pourrait ainsi améliorer ses performances sportives et financières », a-t-telle récemment expliqué dans un communiqué publié sur le site officiel pour démentir la future vente du club. Peut-on faire plus alambiqué ? Soit elle veut vendre et le déclare publiquement pour trouver un repreneur le plus rapidement possible, soit elle ne veut pas vendre et fait ce qu’il faut pour relancer un club qui est en train de mourir à petit feu.

 

 

Ce n’est jamais de la faute de Vincent Labrune

 

 

En coulisse, le président de l’OM explique qu’il ne fait qu’appliquer la politique d’austérité réclamée par MLD. Il doit donc se débrouiller seul pour essayer de faire tourner la boutique, sans argent.  S’il n’est pas en phase avec l’actionnaire principale, pourquoi ne pas démissionner plutôt que de continuer son invraisemblable communication : « On a des ambitions malgré quelques abrutis qui en doutent et qui essayent de manipuler les autres. Mais l’actionnaire a un cahier des charges par rapport aux finances du club, et j’ai un cahier des charges en tant que président pour faire la meilleure équipe possible… On va encore recruter évidemment d’ici la fin du marché, à plusieurs postes, pour être à la hauteur de l’attente de la ville et de nos supporters, » lâchait-il au micro de Canal+ le 24 aout dernier. Le président olympien a semble-t-il maintenant lâché son coach, et préfère se montrer conciliant avec les joueurs. Labrune s’est pris au jeu du mercato et a bien du mal à assumer sa responsabilité dans certains choix de joueurs ou du coach actuel. Son bilan depuis sa prise de fonction est simplement catastrophique d’un point de vue sportif et financier, et il n’y a pourtant pas le début d’une remise en cause.

 

 

 

L’autocritique, Michel ne connait pas !

 

Michel est aujourd’hui au centre des critiques. Le technicien espagnol a pourtant rapidement montré les limites de son management. Incapable de faire progresser son équipe, l’animation offensive n’existe pas, le jeu collectif non plus. Michel ne semble pas avoir d’autorité sur le comportement de ses joueurs, il constate le manque de professionnalisme de certains avec une forme de fatalité. L’ancien coach de Getafe est le roi des excuses. Le recrutement, Bielsa, la jeunesse du groupe, la pression du vélodrome, la faute à pas de chance, tout est bon pour se dédouaner. Il répète à longueur de conférence de presse qu’il ne veut pas se trouver d’excuse, mais il ne fait que cela…

 

 

 

Le manque de professionnalisme des joueurs

 

 

Les joueurs n’ont cessé de tenir un discours ultra positif tout au long de la saison:  « Le groupe vit bien »,  » On est tous avec le coach », « il ne  manque que la réussite », « on a des joueurs de qualité », « on n’est pas à notre place », « ça va tourner… » Dans la réalité, mis à part Mandanda, Isla et Diarra, la majorité de l’équipe ne répond pas. Difficile de reprocher aux joueurs leur faiblesse technique, ou leur manque de lucidité dans le dernier geste. Par contre, l’égoïsme des joueurs offensifs, le manque d’implication et de révolte, mais aussi le comportement sur et en dehors du terrain. Entre ceux qui arrive en retard, qui sont incapables de regarder une vidéo de plus de 5 minutes, et ceux qui mangent n’importe quoi et sortent à pas d’heure, ou est le professionnalisme ? Personne n’est là pour recadrer, Mandanda semble usé de tenir le rôle de grand frère. Cet effectif donne l’impression de ne pas se soucier du club, de ne penser qu’à don propre avenir. Il faut dire que beaucoup ne sont que prêtés, en fin de contrat ou prochainement transférés…

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    1