Replay Publié le - Mis à jour le - Par

OM : Style, préparation, système de jeu… Que propose Villas-Boas ?

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Porto, 03/03/2018 - Andre Villas Boas teaches about sports injuries at the Faculty of Medicine of the University of Porto, within the scope of the Course in Sports Medicine. Photo : Fabio Poco / Global Imagens / Icon Sport

L’OM a joué deux matches amicaux sous les ordres de son nouveau coach André Villas-Boas. Interrogé par l’Équipe, Valère Germain en dit plus sur le style AVB…

 

 

L’attaquant olympien explique notamment que son nouvel entraineur veut récupérer le ballon haut, vite jouer en profondeur. Il souligne aussi la différence entre la préparation physique très italienne de Rudi Garcia et celle de Villas-Boas qui se rapproche de ce que fait Jardim à Monaco, plus de jeu et de courses. Enfin, Germain évoque le système de jeu, le 4-3-3 reste celui principalement utilisé par l’ancien coach de Chelsea, mais ce dernier devrait en travailler d’autres…

 

Exigence de villas-boas

 

« Plus d’intensité encore. Nous, les offensifs, on doit offrir de la profondeur dès que l’équipe récupère le ballon. Essayer de récupérer le ballon directement, dès qu’on l’a perdu. Du basique : rejouer simple, les uns pour les autres. » Valère Germain – L’Equipe

 

Préparation Physique

 

« Je retrouve ce qu’on faisait à Monaco avec (Leonardo) Jardim, qui axait sur le « sans course », une préparation essentiellement avec ballon. C’est différent du physique sous (Rudi) Garcia et la méthode à l’italienne de (Paolo) Rongoni (l’ancien préparateur physique) mais, après deux semaines, on a aussi les jambes qui tirent un peu. » Valère Germain – L’Equipe

 

Système de jeu

 

« Il nous a dit qu’on verrait plusieurs systèmes pendant la préparation. Le 4-3-3 permet d’avoir du monde au milieu ; si on a des milieux qui se projettent vers l’avant, cela peut être très bien pour apporter le surnombre devant. Villas-Boas nous demande d’apporter le plus de profondeur possible pour étirer les lignes, et d’être dangereux dès la récupération du ballon. » Valère Germain – L’Equipe