Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Tactique OM : L’hypothèse 4-4-2 a refait surface contre Troyes ?

Par Mis à jour le - Publié le
Clinton Mua Nije

 

Clinton Njie était titulaire hier après-midi avec l’Olympique de Marseille à Troyes (2-3) dans une position supposée d’ailier gauche. Le camerounais a su se montrer décisif tout en ayant une présence dans le jeu proche du néant. 

 

 

Les statistiques de Njie contre Troyes

 

 

Ballons

touchés

Passes Tirs Tirs cadrés But
Njie vs Troyes 24 15 3 2 1

 

 

 

25 ballons touchés, 3 frappes, 1 but… Cela ressemble plus à des statistiques d’attaquant axial capable de créer du danger sur le peu de ballons qu’il va toucher qu’à un créateur sur un côté. 

 

Malheureusement le camerounais manque de coffre physique pour occuper seul l’axe de l’attaque marseillaise. Reste le grand fantasme d’une attaque à deux têtes et justement…

 

 

Une fin de match en 4-4-2

 

 

En seconde période, Dimitri Payet s’est échiné à rester bien positionné à gauche et à laisser Clinton Njie gambader dans l’axe. Pas une franche réussite jusqu’à l’entrée de Konstantinos Mitroglou qui finira par transformer l’essai. Sur l’égalisation marseillaise, Payet partant de la gauche vers l’axe se retrouve avec trois solutions différentes toutes dangereuses dans la surface. 

 

 

 

 

En fin de match, l’OM jouait clairement avec Payet à gauche, Thauvin à droite et Germain/Mitroglou dans l’axe. L’aimant à ballons martiniquais a d’ailleurs rééquilibré la répartition des attaques entre le côté gauche et le côté droit. 

 

 

Répartition par côté des attaques de l’OM contre Troyes

 

 

 

Les attaques de l’OM sont

parties…

 
du côté gauche du centre du côté droit
36% 21% 43%

Crédit : WhoScored.com

 

 

Le troisième but marseillais viendra également de la gauche avec un bon centre de Jordan Amavi et encore trois solutions bien espacées dans la surface. 

 

 

 

Une alternative à la stratégie habituelle ? 

 

 

Depuis l’arrivée de Rudi Garcia, l’OM cherche à créer une supériorité numérique sur un côté (souvent à droite) pour déborder l’adversaire. C’est ainsi que l’ailier gauche déserte souvent son couloir pour prêter main forte au côté fort. Hier en fin de match, chacun est resté à sa place tout en profitant d’un grand nombre de solutions dans l’axe. 

 

 

L’avenir nous dira si c’était seulement circonstanciel ou si cela peut se révéler être une vraie alternative pour la fin de saison…

 

 

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0