Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Aulas multiplie les arguments pour éviter une défaite sur tapis vert face à l’OM !

Par Mis à jour le - Publié le
Jean-Michel Aulas président de Lyon

Après le match arrêté entre Lyon et l’OM, la question d’une sanction exemplaire se pose. Mais Jean Michel Aulas ne l’entend pas de cette oreille et compte bien rejouer la rencontre ! 

 

La commission de la LFP a raté l’occasion de faire un exemple au moment des incidents bien plus graves lors de Nice – OM. Le club azuréen aurait dû avoir match perdu et cela n’a pas été le cas. Une telle sanction est attendue depuis et le président lyonnais n’entend pas servir d’exemple. Ce dernier l’a expliqué dans un entretien accordé à l’Equipe.

Je ne veux pas payer pour les autres — Aulas

 

« Je ne veux pas attaquer la Ligue, mais je ne veux pas payer pour les autres. (…) Quand il y a des émeutes collectives et des envahissements de terrain, il faut des sanctions sportives, qui sont plus crédibles que la fermeture d’un virage. Moi, si on me permet de rejouer ici le match contre l’OM, ce qui serait logique, je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu’il n’y aura aucun incident de ce genre. (…) Dans l’esprit des gens et pour l’image de la L1, ces incidents s’ajoutent, mais le nôtre n’a rien à voir avec les bagarres et envahissements de terrain. Quarante-huit heures après, le gars était jugé, terminé. C’est pour cela qu’on s’indigne de cette mesure conservatoire d’un huis clos pour la venue de Reims, alors qu’aucune n’a été prononcée après OM-PSG où des dizaines de projectiles ont été lancés. Parce que la sanction individuelle ne porte pas atteinte à l’équité sportive. Alors que changer une jurisprudence dans une compétition où nous sommes tous concurrents porte atteinte à cette équité. La solution, c’est l’importance de la sanction individuelle pour des actes individuels. La sanction collective, au départ, existe pour pousser les clubs à traiter le sujet. Mais nous, on l’a traité ! » Jean Michel Aulas – source : L’Equipe (30/11/2021)

 

Vincent Labrune avait ouvert le débat a des sanctions plus fortes.

 

La Commission n’a jamais tapé aussi fort. Mais est-ce que c’est suffisant ? On a le droit de se poser la question — Labrune

 

« La Ligue a un devoir de réserve par rapport aux décisions de la Commission de discipline, qui est indépendante. On aurait pu parfois parler un peu plus, mais nous ne l’avons pas fait afin de ne pas biaiser ses décisions. Vous répondre, c’est risquer d’impacter les prochaines… En préambule, je rappelle que la Commission n’a jamais sanctionné aussi durement que cette saison. Elle a retiré des points, elle a fermé des stades, des tribunes, elle a interdit des supporters de déplacements… Elle n’a jamais tapé aussi fort. Mais est-ce que c’est suffisant ? On a le droit de se poser la question. Est-ce que si les sanctions étaient encore plus dures cela changerait les choses ? L’avenir le dira. Mais une chose est sûre : ce n’est pas la Commission de discipline à elle toute seule, avec les pouvoirs qui sont les siens, qui va régler les problèmes de sécurité dans le football. (…) C’est par ce type de comportements qu’on arrivera à éradiquer ce fléau. Ce n’est pas simple, mais on n’a plus le choix. L’Angleterre a réussi à s’en sortir il y a plusieurs dizaines d’années. On n’en est pas là, on doit donc pouvoir s’en sortir. Il faut aider les clubs. C’est pour cela que la réunion de demain (mardi) est importante car ils doivent être soutenus par les ministères de l’Intérieur et de la Justice. » Vincent Labrune – source : L’Equipe (22/11/2021)

 

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0