Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Bosz a bien du mal à digérer Lyon – OM

Par Publié le - Mis à jour le
Peter BOSZ head coach of Lyon prior to the French Ligue 1 Uber Eats soccer match between Lyon and Clermont at Groupama Stadium on August 22, 2021 in Lyon, France. (Photo by Baptiste Fernandez/Icon Sport) - Peter BOSZ - Groupama Stadium - Lyon (France)

Comme l’OM et Rennes, Lyon va jouer un match de Coupe d’Europe ce jeudi. Le coach lyonnais Peter Bosz est revenu sur les tristes événements survenus face à l’OM dimanche soir.

 

 

Peter Bosz n’a toujours pas digéré l’arrêt du match Lyon – OM dimanche. Il l’a expliqué en conférence de presse…

 

Difficile d’accepter que tout le monde dans le stade soit puni par un Monsieur — Bosz

« Le groupe est déçu de ce qui s’est passé contre l’OM. On veut gagner demain (jeudi). Normalement lundi on aurait dû avoir un jour libre, mais finalement on s’est entraîné pour bien préparer ce match. Ce qui s’est passé contre l’OM ? C’est difficile, c’est très mauvais pour le foot et surtout pour le foot français et Lyon, ce n’était pas la première fois cette saison. Difficile d’accepter que tout le monde dans le stade soit puni par un Monsieur qui a fait ça, c’est incroyable. 60.000 personnes punies a cause d’une seule. Ma mère de 84 ans était là pour mon anniversaire… Trois minutes, c’était déjà fini. Ce n’est pas le plus grave. C’est difficile d’accepter. » Peter Bosz – source : Conférence de presse (24/11/2021)

 

Aulas lui n’en démord pas, Ruddy Buquet voulait faire rependre le match et il compte bien faire rejouer cette rencontre. Alors qu’il demandait des retraits de points lors de précédents incidents, il estime que ce n’est pas comparable.

 

Bien sûr que l’on craint des sanctions — Aulas

 

« Il faut être d’une mauvaise foi évidente pour comparer les événements de Nice – Marseille, Montpellier-Marseille ou Lens-Lille. Nous sommes sur des envahissements de terrains, des bagarres, des interventions de cadres techniques des équipes qui viennent faire la police. Je reste favorable aux sanctions sévères, y compris en matière de retrait de points pour des envahissements de terrain ou bagarres, car c’est la seule décision qui peut faire arrêter des groupes de supporters. Mais, là, on est dans un cas différent car le groupe ‘Bad Gones’ se désolidarise de l’individu impliqué. Je ne suis pas certain que nous méritions un retrait de point sur cet épisode mais, si cela permet de faire progresser l’ensemble de la jurisprudence en matière de sécurité, il faudra alors regarder ce qui s’est passé depuis le début de saison et cela ne sera pas (seulement) un point qu’il faudra retirer (à d’autres). (…) Bien sûr que l’on craint des sanctions et mon rôle est de dire la vérité qui n’a pas été dite depuis dimanche. Je porterai d’ailleurs personnellement plainte contre ceux qui ont avancé des choses inexactes. On va défendre une plus grande rigueur de la part des instances mais on ne veut pas payer pour d’autres. S’il doit y avoir une sanction forte contre l’OL, il faudra des sanctions rétroactives et cohérentes à l’image des sanctions que l’on va nous infliger. Je n’imagine pas que l’on ne rejoue pas cette rencontre. Contre l’OM, Nice menait (1-0) et les incidents n’ont pas permis au match de reprendre et, déjà, Marseille ne s’était pas représenté sur le terrain. Le match a été à rejouer sur terrain neutre (1-1). Il ne peut pas y avoir de décision différente. » Jean Michel Aulas – source : Conférence de presse / France Info (22/11/2021)

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0