Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

CET OM EST ENCORE TROP PETIT DANS SA TÊTE !!!

Par Mis à jour le - Publié le
16 Pau LOPEZ (om) - 21 Valentin RONGIER (om) during the Ligue 1 Uber Eats match between Marseille and Lorient at Orange Velodrome on October 17, 2021 in Marseille, France. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) - Orange Vélodrome - Marseille (France)

Toi qui me lis, je te connais bien. Je sais que tu le rêves à chaque fois le match parfait des olympiens en Coupe d’Europe, celui qui te fait l’emporter contre un club important du gotha européen.

Tu as vu l’OM poser ses couilles pendant toute la première mi-temps et tu as sûrement pensé qu’il était là, le grand soir, celui qui te met dans les plus folles espérances.

Tu as presque souri au coup d’embrouille de Sarri qui t’annonce Immobile forfait pendant toute la semaine et qui te l’aligne titulaire, à l’ancienne. C’est étonnant mais ça marche encore ce genre de couillonnade, la preuve.

L’OM était là, s’extirpant assez facilement du pressing haut, à six, des romains qui faisaient sentir leurs dispositions vindicatives. Ils ont fait courir leur adversaire, ne l’ont guère laissé respirer, même si encore une fois, ils ne se créaient guère d’occasion. Un coup franc de Payet légèrement au-dessus, une belle tête de Milik qui obligeait le gardien de la Lazio à un très bel arrêt.

Et puis il y a eu ce pénalty pour une faute sur Milik signalée par la VAR que le polonais transformait à la sortie d’un petit saut de danseur.

Ils l’ont joué à l’italienne ce match, les romains, et ils ont atteint leur objectif. Moi je leur tire mon chapeau ! Je m’incline, pas de pitié pour les olympiens.

Ils n’ont jamais rien lâché. Même sous la pression marseillaise, ils firent toujours le geste juste. Nos joueurs, chacun d’eux quasiment, commettaient de petites erreurs techniques. Pas les italiens.

Et puis, ils ont cet art de mettre des tacles et des tampons sans encourir les foudres de l’arbitre. Certes, ils ont concédé un pénalty, mais sans la faute, Milik avait de bonnes chances de marquer. Et puis, quand n’importe quelle équipe française, OM y compris, lève le pied juste avant la mi-temps, eux y vont à fond jusqu’à la dernière seconde. Et surtout, ils plantent un coup de poignard sur une demi-occasion.

Les italiens se nourrissent de tes fautes, et ils ont la force de caractère de ne rien te donner.

On fustigeait Saliba sur Twitter pour son contrôle manqué qui donne balle de but à Immobile, mais la passe de Rongier manquait de justesse, et c’est encore lui si je ne m’abuse qui dévie le ballon sur le romain pour le premier but, le remettant ainsi en jeu. C’est encore Rongier, pourtant excellent depuis plusieurs matchs qui avait commis l’erreur fatale contre Manchester City la saison dernière.

Alors, on a beau avoir touché deux fois le poteau, une fois la transversale, être tout près du but de la victoire après une égalisation à l’énergie… mais voilà, nous sommes encore trop petits, trop étriqués.

Oui, je veux dire bravo à nos joueurs pour leurs efforts. Même les rentrants ont tout mis en œuvre pour remporter le match, mais ça ne suffit pas.

Parce que d’un autre côté, la manière de défendre jusqu’à la fin des italiens ne m’inspire que du respect.

C’est avec la tête qu’on gagne les matchs. Il faut être très fort dans sa tête pour ne rien offrir à l’adversaire. Et je suis désolé de le dire, nous on a encore les bras trop courts pour s’emparer des grandes choses. Il faut encore gagner du caractère. Ce match, nous n’avions ni le droit de le perdre, ni de concéder le nul.

J’ai les glandes, même si rien n’est tout à fait perdu.

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B. Audibert

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0