OM Mercato - Par

Gérard Lopez donne une (nouvelle) version sur son projet de rachat de l’OM avorté

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
09.04.2011 Sepang, Malaysia, Gerard Lopez (FRA), Lotus Renault GP owner - Formula 1 World Championship, Rd 02, Malaysian Grand Prix, Saturday - www.xpb.cc, EMail: [email protected] - copy of publication required for printed pictures. Every used picture is fee-liable. © Copyright: Charniaux / xpb.cc

Gérard Lopez faisait partie des candidats au rachat de l’Olympique de Marseille en 2016. Le club phocéen a finalement été vendu à l’homme d’affaire américain Franck McCourt. Au cours d’un entretien accordé à AS, l’actuel président du LOSC revient sur ce dossier et donne une nouvelle version des faits….

 

 

Interrogé par le quotidien espagnol AS, Gérard Lopez a expliqué pourquoi il avait choisi de racheter le LOSC, après avoir tenté sa chance avec l’Olympique de Marseille. Il explique ainsi que ce n’est pas l’ancienne propriétaire  de l’OM, Margarita Louis Dreyfus, qui a refusé de lui vendre le club. A en croire l’actuel président du LOSC, ce serait plutôt lui qui n’a finalement pas été convaincu par le projet olympien :  

 

 

J’ai examiné le projet durant 2 mois et cela ne m’a pas convaincu.

A lire aussi : OM : « Il arrive à revitaliser un projet tué par Garcia et Eyraud »

 

 

« Je me suis rendu compte que la Ligue 1 est plus que le championnat d’un pays. C’est un championnat continental. Tout d’abord, l’OM m’a approché. J’ai examiné le projet durant 2 mois et cela ne m’a pas convaincu. La presse marseillaise a expliqué qu’ils ne me voulaient pas, mais cela ne s’est pas passé comme ça. Après, le LOSC est apparu… » Gerard Lopez – Source : AS

 

 

En 2016, Gérard Lopez tenait pourtant un discours légèrement différent à l’AFP :

«Je suis triste mais je ne suis pas aigri, Je ne suis pas mauvais perdant, sinon je dézinguerais le nouveau propriétaire (Frank McCourt), mais je ne le connais pas, et je pense que s’il a été choisi c’est que son projet est bon pour l’OM, comme l’était le mien.»