Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Mercato : L’émergence des chasseurs de prime

Par Mis à jour le - Publié le
Andre AYEW / Vincent LABRUNE / Andre Pierre GIGNAC / Rod FANNI - 23.05.2015 - Marseille / Bastia - 38e journee Ligue 1 Photo : Gaston Petrelli / Icon Sport

L’OM jouera sans André-Pierre Gignac ni André Ayew cette saison. Les deux joueurs ont quitté le club phocéen à la fin de leur contrat. C’est une nouvelle tendance qui se dégage chez certains footballeurs : aller au bout de son contrat afin de négocier une belle prime à la signature avec son prochain club.

 

 

La prime à la signature, un gain attrayant

 

 

André Ayew et André-Pierre Gignac ont clamé leur amour pour l’OM, ils n’ont pour autant fait aucun geste pour signer une prolongation afin que l’OM puisse récupérer une petite somme dans le cadre d’un transfert. Et pour cause, André Ayew aurait touché près de 8M€ en signant à Swansea et Gignac 5M€ avec Tigres. Des sommes rondelettes qui incitent les joueurs à prendre le risque de se blesser à quelques mois de la fin de leur contrat (Victor Valdès). Le club phocéen devrait connaitre la même mésaventure avec Nicolas N’Koulou la saison prochaine. Mais l’OM n’est pas le seul club dans cette situation, Lyon l’a connu avec Bafé Gomis ou encore Rennes avec Pajot. Il faut dire que certains clubs français comme l’OM ont (avaient) des salaires largement au-dessus de la norme.

 

La tendance est forte,bien plus qu’un simple de mode passager, les joueurs et leurs agents ont compris que les montants des transferts que perçoivent les clubs pouvaient très bien atterrir directement dans leur poche.  Et quand on sait qu’André Ayew avait refusé de rejoindre Sawnsea il y a tout juste un an – ce qui aurait permis à son club formateur de percevoir une indemnité de transfert – les talents dignes « d’Actors Studio » du milieu de terrain  lors de ses adieux en mai dernier au stade vélodrome laissent un gout particulièrement amer.  Et que dire du cas Stéphane Mbia, qui  après avoir signé deux contrats d’un an avec le FC Séville –  afin de pouvoir sonder le  marcher tranquillement à chaque fin de saison et de se vendre au plus offrant – vient de s’engager avec Trabzonspor.

 

Les clubs sont prévenus, de plus en plus de chasseurs de prime se cachent surement au sein de leur effectif. Mais rare sont ceux, comme Benoît Assou-Ekotto, qui ont la décence de jouer la franchise plutôt que de surjouer l’amour du maillot: « Oui je joue pour l’argent. Ce n’est pas pour ça que les gens se lèvent le matin et vont travailler? » déclaré le néo stéphanois il y a plusieurs années dans So Foot.

 

 

 

 

Bientôt sur Football club de Marseille

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    1