Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

L’OM dauphine son sujet…

Par
Amine HARIT of Marseille during the Ligue 1 match between Marseille and Metz on November 7, 2021 in Marseille, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport)

Les zones Fanatics et Winners étaient vides, frappées de sanctions absurdes, cela valait à la Ligue l’invitation à se faire visiter les fondements par les autres supporters des virages.

Un peu plus tôt, les niçois s’étaient inclinés contre les lensois, les strasbourgeois et les lyonnais s’étaient neutralisés, il y avait un coup sympa à faire au classement en gagnant, ne serait-ce qu’en reprenant la 2e place aux rennais.

Mandanda dans les cages, Payet sur le banc, retour de Luan Peres, Kamara derrière en lieu et place de Caleta-Car alors qu’il était lui remplacé au milieu par Gueye, telles étaient les options de Sampaoli dans le but de faire souffler l’habituel capitaine olympien en vue du retour de coupe d’Europe à Salonique.

Côté montpelliérain Cabella et Germain commençaient sur le banc mais le terrible Téri Savagner était lui bien présent contrairement au match précédent.

On retrouvait Savanier sur le côté gauche dès la 1re minute mais son centre était capté par Mandanda.

Il fallait attendra la 7e minute pour voir la 1re frappe olympienne par Ünder qui tentait un enroulé pied gauche qui passait au-dessus… et passablement à côté, mais on attendait guère plus d’une minute avant que Rongier ne décale Harit côté droit qui débordait et centrait pour Dieng seul au 2e poteau, le jeune avant-centre ne laissait pas passer l’occasion. 1-0 ça partait bien. Les marseillais se montraient agressifs à la récupération haute, les paillassons avaient toutes les peines du monde à aligner les passes, mais ils se procurèrent juste derrière deux situations chaudes coup sur coup. Sur la première, Mandanda intelligemment faisait s’excentrer l’attaquant qui venait le menacer, sur la seconde, c’est Kamara qui du bout du pied écartait un nouveau Centre de Savanier.

17e Dieng en pleine course et à la lutte était fauché dans la surface, l’arbitre laissait jouer mais il était rappelé à l’ordre par la VAR. Le pénalty était acordé et Cengiz Ünder se chargeait de la transformation. 2-0, sans doute l’un des meilleurs départs olympiens depuis le début de la saison.

Cela devenait relativement brouillon jusqu’à la 27e où Bamba Dieng était lancé côté gauche, prenait toute la défense de vitesse mais échouait dans son face-à-face avec le gardien montpelliérain.

Il y avait de bonnes séquences de possession olympiennes entrecoupées velléités offensives montpelliéraines toutes coupées facilement par la défense marseillaise. À la 38e Ünder, alerté par Harit frappait une nouvelle fois pied gauche, le gardien repoussait dans les pieds de Dieng qui foirait la reprise.

40e Mandanda qui passait une soirée tranquille devait s’employer pour écarter un tir de près qui prenait le chemin des filets.

La mi-temps intervenait sur le score de 2-0, l’OM avait fait l’essentiel du jeu, contenant les tentatives des hommes de Dallaglio de revenir dans la partie mais ceux-ci manquaient d’arguments techniques et tactiques, cela pouvait changer à la mi-temps.

Pas de changement côté olympien à la reprise. Il s’agissait au tenant de corser vite l’addition, histoire de gérer derrière en vue du match de jeudi. Les olympiens mettaient du rythme dès les premières minutes dans cette intention.

Le premier Aux Armes intervenait à la 56e minute, lancé par le virage nord.

59e Payet remplaçait Bamba Dieng qui avait baissé de pied. Deux minutes plus tard Dall’Oglio envoyait lui Germain et Cabella sous les huées des virages.

74e Gerson qui avait fait le plus dur en contrôlant un ballon dans la surface, se désunissait inexplicablement au moment d’ajuster le goal de Montpellier.

78e Lirola remplaçait Gueye, auteur d’un très bon match. Kolasinac remplaçait Rongier. Kamara montait d’un cran.

88e Coup-franc de Payet angle fermé, le gardien repousse.

89e Le gardien fauchait Luis Henrique, il était expulsé. Coup-franc aux 20 mètres. Payet s’en chargeait… au-dessus.

Après une 1re mi-temps inspirée avec beaucoup de volonté sanctionnée par deux buts logiques, l’OM sans jamais renoncer à marquer le 3e se sera surtout contenté de contrôler le résultat, s’appliquant avec beaucoup de sérieux et de discipline à annihiler toutes les tentatives adverses. C’était beaucoup plus maladroit qu’en 1re mais l’essentiel avait été fait.

On a vu un très bon Harit, inharitable , beaucoup d’autorité et de tonicité dans toutes ses prises de balle. Derrière, Kamara a encore été excellent, Guendouzi et Rongier aussi, Luan Peres qui revenait a fait son match. Seul Gerson fût un peu en retrait même s’il fit sa part de travail à la récupération. Mandanda n’a presque rien eu à faire ce qui situe la qualité du travail de l’ensemble de l’équipe. Même si Montpellier n’a impressionné personne.

Du beau boulot, l’OM qui reprend sa 2e place et creuse l’écart avec Nice et Strasbourg. Superbe opération. Tout maintenant sur Salonique, priorité à la récupération. Ce fût une belle soirée gâchée pour ma part par les résultats électoraux.

Je dois faire un merci spécial à mon ami Philippe obligé de quitter Marseille pour prendre un superbe poste dans son Ariège adoré où il va pouvoir donner la pleine mesure de ses compétences, et qui m’a laissé sa carte pour les matchs qui restent.

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B. Audibert

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0