Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Lyon – OM : Labrune ouvre la porte à des sanctions plus fortes ?

Par Publié le - Mis à jour le
Vincent LABRUNE - 03.12.2015 - Rennes / Marseille - 16eme journee Ligue 1 Photo : Nolwenn Le Gouic / Icon Sport

Muet depuis plusieurs semaines, l’ancien président de l’OM devenu président de la LFP, Vincent Labrune a enfin pris la parole (à trois reprises). Il a donné une interview au journal l’Equipe pour évoquer la violence dans les stades, il ouvre la porte à de plus grandes sanctions, il s’est aussi exprimé aux côtés des ministres suite à une réunion avec toutes les instances du football

 

 

Vincent Labrune s’est rapidement exprimé devant les caméras avec derrière lui Noël Le Graët, Gerald Darmanin, Éric Dupond-Moretti et Roxana Maracineanu : « Il n’y a pas d’ambiguïté. Le football professionnel français s’est présenté de façon unie, solidaire et déterminée. La réunion a été constructive. Tout le monde s’est entendu sur les objectifs. C’est un fléau, une urgence absolue, nous avons conscience de notre responsabilité ».

 

Vincent Labrune rappelle en préambule que la commission de discipline est indépendante, cependant il ouvre le débat de sanctions plus fortes. Le match aurait par exemple dû être donné perdant à Nice suite aux jets de projectiles et à l’envahissement du terrain par quelques supporters. Labrune attend aussi des décisions des pouvoirs publiques

 

La Commission n’a jamais tapé aussi fort. Mais est-ce que c’est suffisant ? On a le droit de se poser la question — Labrune

 

« La Ligue a un devoir de réserve par rapport aux décisions de la Commission de discipline, qui est indépendante. On aurait pu parfois parler un peu plus, mais nous ne l’avons pas fait afin de ne pas biaiser ses décisions. Vous répondre, c’est risquer d’impacter les prochaines… En préambule, je rappelle que la Commission n’a jamais sanctionné aussi durement que cette saison. Elle a retiré des points, elle a fermé des stades, des tribunes, elle a interdit des supporters de déplacements… Elle n’a jamais tapé aussi fort. Mais est-ce que c’est suffisant ? On a le droit de se poser la question. Est-ce que si les sanctions étaient encore plus dures cela changerait les choses ? L’avenir le dira. Mais une chose est sûre : ce n’est pas la Commission de discipline à elle toute seule, avec les pouvoirs qui sont les siens, qui va régler les problèmes de sécurité dans le football. (…) C’est par ce type de comportements qu’on arrivera à éradiquer ce fléau. Ce n’est pas simple, mais on n’a plus le choix. L’Angleterre a réussi à s’en sortir il y a plusieurs dizaines d’années. On n’en est pas là, on doit donc pouvoir s’en sortir. Il faut aider les clubs. C’est pour cela que la réunion de demain (mardi) est importante car ils doivent être soutenus par les ministères de l’Intérieur et de la Justice. » Vincent Labrune – source : L’Equipe (22/11/2021)

 

Ce lundi matin, la Ministre déléguée chargée des Sports en a remis une couche sur France Info.

 

Nous allons dans le mur — Maracineanu

«La Ligue devra certainement clarifier son règlement pour qu’un tel acte d’agression sur un acteur du jeu entraîne un arrêt automatique du match. (…) Sans prise de conscience immédiate et radicale des clubs pour garantir la sécurité sur la pelouse et dans les tribunes, nous allons dans le mur. C’est inadmissible. Il est intolérable qu’on puisse s’en prendre aux acteurs du jeu en les agressant de cette manière». Roxana Maracineanu – source : France Info (22/11/2021)

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0