Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM : Kombouaré n’est pas d’accord avec Aulas !

Par Publié le - Mis à jour le

Le match Lyon – OM arrêté suite à une bouteille lancée sur Dimitri Payet n’en finit pas de faire réagir. Avant d’affronter Lille avec son FC Nantes, Antoine Kombouaré n’a pas caché son énervement et n’est pas d’accord avec Jean Michel Aulas qui estimait que le match pouvait continuer…

 

 

Car contrairement au président Lyonnais, Kombouaré est clair là-dessus : « Si demain on joue contre Marseille et qu’un supporter de chez nous agresse un joueur marseillais, on ne peut plus jouer ». 

 

J’étais très affecté quand j’ai vu Dimitri au sol — Kombouaré

 

« Ce n’est pas possible, ce sont des choses qui se répètent, et deviennent de plus en plus graves ! Surtout, j’étais très affecté quand j’ai vu Dimitri au sol. Je ne peux plus voir ces images, c’est quelque chose de très grave de penser qu’il y a des gens qui viennent voir un match pour agresser un joueur. C’est inadmissible, impensable. A chaque fois qu’un acteur est agressé, on ne doit plus jouer. Je dis ça parce que ça peut aussi nous arriver. Si demain on joue contre Marseille et qu’un supporter de chez nous agresse un joueur marseillais, on ne peut plus jouer. Parce que ce n’est plus la même équipe en face. » Antoine Kombouaré – source : Conférence de presse (25/11/2021)

 

Le patron du club lyonnais n’en démord pas, Ruddy Buquet voulait faire rependre le match et il compte bien faire rejouer cette rencontre. Alors qu’il demandait des retraits de points lors de précédents incidents, il estime que ce n’est pas comparable.

 

Bien sûr que l’on craint des sanctions — Aulas

« Il faut être d’une mauvaise foi évidente pour comparer les événements de Nice-Marseille, Montpellier-Marseille ou Lens-Lille. Nous sommes sur des envahissements de terrains, des bagarres, des interventions de cadres techniques des équipes qui viennent faire la police. Je reste favorable aux sanctions sévères, y compris en matière de retrait de points pour des envahissements de terrain ou bagarres, car c’est la seule décision qui peut faire arrêter des groupes de supporters. Mais, là, on est dans un cas différent car le groupe ‘Bad Gones’ se désolidarise de l’individu impliqué. Je ne suis pas certain que nous méritions un retrait de point sur cet épisode mais, si cela permet de faire progresser l’ensemble de la jurisprudence en matière de sécurité, il faudra alors regarder ce qui s’est passé depuis le début de saison et cela ne sera pas (seulement) un point qu’il faudra retirer (à d’autres). (…) Bien sûr que l’on craint des sanctions et mon rôle est de dire la vérité qui n’a pas été dite depuis dimanche. Je porterai d’ailleurs personnellement plainte contre ceux qui ont avancé des choses inexactes. On va défendre une plus grande rigueur de la part des instances mais on ne veut pas payer pour d’autres. S’il doit y avoir une sanction forte contre l’OL, il faudra des sanctions rétroactives et cohérentes à l’image des sanctions que l’on va nous infliger. Je n’imagine pas que l’on ne rejoue pas cette rencontre. Contre l’OM, Nice menait (1-0) et les incidents n’ont pas permis au match de reprendre et, déjà, Marseille ne s’était pas représenté sur le terrain. Le match a été à rejouer sur terrain neutre (1-1). Il ne peut pas y avoir de décision différente. » Jean Michel Aulas – source : Conférence de presse / France Info (22/11/2021)

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0