OM Mercato Publié le - Mis à jour le - Par

OM : Le recadrage mercato du président Eyraud (en intégralité)

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Jacques-Henri Eyraud a abordé plusieurs thèmes hier à l'occasion de la présentation de Valère Germain. Le mercato a été le sujet principal...


 

 

Jacques-Henri Eyraud a tenu à mettre au point certaines choses hier à l’occasion de la présentation de Valère Germain à la presse. Le président marseillais a profité de cette conférence de presse pour évoquer plusieurs thèmes du mercato de l’OM. Et il a également conseillé aux supporters olympiens nerveux de prendre de la tisane.

 

 

« Tout se passe de notre point de vue très bien. »

 

 

« Nous sommes réunis pour la présentation, c’est le moment fort de la journée avec la presse ici présente. Mais vous savez qu’à l’OM, à chaque fois que nous organisons une conférence de presse, il sont nombreux en direct sur nos supports et notamment sur notre site internet à se connecter. On me dit qu’ils ne sont pas loin de 15 000. Je me permets de les saluer. Il y a beaucoup de twittos que je salue aussi : Pof28, BasileBowie, Djerir et d’autres. Je leur remercie ainsi que tous leurs collègues de leur engouement et leur enthousiasme vis à vis de l’OM. Même si j’ai noté ces derniers temps un peu de nervosité auprès de certains d’entre eux notamment avec le démarrage du mercato. Je voulais leur proposer de ne pas hésiter. Il existe des produits licites qui permettent de passer de bons moments y compris en ce début de mercato (photo de Nuit Tranquille de la marque Éléphant sur le diaporama : ndlr). C’est peut-être valable pour quelques journalistes dans cette salle. En tout cas, on a démarré, on va avoir d’autres choses à vous proposer dans les jours qui viennent. Et tout se passe de notre point de vue très bien. »

 

 

« On a quatre objectifs »

 

« Je voudrais en profiter avant d’entrer dans le vif du sujet cet-à-dire Valère pour vous parler un petit peu de la saison sportive qui s’annonce. On a quatre objectifs. Le premier c’est d’abord de continuer à améliorer notre performance. Nous avons terminé cinquième la saison  dernière, ce n’était pas un classement que nous pensions obtenir en prenant les commande de ce club en octobre dernier. Il s’agit maintenant de faire mieux. C’est une évidence. Nous allons continuer à structurer d’avantage le pôle professionnel. Ça veut dire renforcer le staff, nous en parlerons dans les jours qui viennent, peut-être à l’occasion des stages qui s’annoncent. Il y a notamment dans le staff médical et en ce qui concerne les kinés des renforts qui viennent. Nous allons continuer à renforcer ce pôle professionnel pour le structure d’avantage. C’est quelque chose qui me semble important. Le troisième axe, également très important, c’est la définition d’une et d’une seule politique sportive. On a déjà fait, je crois, pas mal de progrès dans ce domaine. Evidemment, ça concerne la formation et le pôle professionnel, qui doivent totalement partager la stratégie. Il n’y a plus aujourd’hui à l’OM qu’une seule politique sportive en matière de méthodologie, de processus, dans l’organisation même de la formation et du pôle professionnel, les passerelles sont de plus en plus nombreuses. Je citerai un exemple concret. Nous aurons six jeunes, qui sont ceux qui ont particulièrement brillé par exemple lors de la finale de la Gambardella mais pas seulement, ils ont connu une bonne saison 16-17. Ces six jeunes rejoindront l’équipe de Rudi Garcia pour ce premier stage. Ça c’est un signe, c’est plus qu’un signe. c’est aussi cette volonté de proposer une seule politique sportive pour le club. J’ajouterai pour terminer que nous voulons accélérer la mise en place d’un système de détection et de développement de jeunes talents performant, en France évidemment et à l’étranger. A l’étranger, c’est certainement l’Afrique qui va concentrer l’essentiel de nos efforts et de notre énergie en la matière. Tout ça pour jouer les premiers rôles en Ligue 1, se qualifier à terme pour la Ligue de Champions, c’est évidemment notre objectif, ça sera difficile mais nous allons tout mettre en oeuvre pour y arriver. Et c’est bâtir les fondations pour un projet pérenne sur le long terme, j’insiste là-dessus. Vous avez le nez sur le mercato et la semaine suivante. Mon rôle, ma responsabilité, c’est d’imaginer l’OM dans trois ans, dans cinq ans, dans sept ans. Et mettre en place les fondations qui permettront de tenir cet édifice dans trois ans, dans cinq ans, dans sept ans. Et ça commence aujourd’hui. »

 

 

« Chaque négociation est exécutée avec discipline, avec rigueur »

 

 

« Je voudrais rappeler quelques chiffres sur ce mercato, ce n’est pas le sujet du jour mais je pensais intéressant de partager ces chiffres avec vous. D’abord sur les sessions. Vous vous rappelez que pour nous aujourd’hui, les sessions potentielles de générations de recettes n’est pas vraiment un levier que nous pouvons utiliser. Pourquoi ? Il faut avoir deux chiffres en tête. Sur les dix dernières saisons, le montant total des sessions à l’OM a atteint 229 millions d’euros. Il faut savoir que sur les deux saisons 2014-2015 et 2015-2016, ces sessions ont atteint la somme de 112 millions d’euros. Soit pas loin de 50% du montant total des sessions sur dix ans qui ont été générées sur les deux dernières saisons. Ça prouve que dans ce domaine, et on le savez ce n’est pas une surprise, évidemment notre marge de manoeuvre est limité. Cela ne nous empêche pas d’être volontariste notamment dans le domaine des acquisitions de joueurs. Là encore, quelques chiffres que je voulez partager avec vous. Le montant des acquisitions de joueurs par saison depuis dix ans a représenté en moyenne 27 millions d’euros. Il faut savoir que le montant total des acquisitions de joueurs à date sur la saison en cours pour encore quelques jours, la saison 2016-2017, a atteint 83 millions d’euros. C’est un début, c’est un démarrage. Ça ne nous empêche pas d’être extrêmement réaliste sur ce que nous pouvons faire, sur ce que nous voulons faire. C’est pour ça que chaque négociation est exécutée avec discipline, avec rigueur, avec un prix de réserve au-delà duquel nous ne souhaitons pas aller. C’est comme ça que nous continuerons à nous comporter. Au total si on prend cette saison, plus du quart du montant total des acquisitions de joueurs généré sur les dix dernières saisons l’ont été sur cette saison 2016-2017. »

 

 

« Les principes qui guident notre action »

 

 

« Vous connaissez ce slide, Vous connaissez cette planche. Ce sont les principes qui guident notre action dans ce domaine. Adhésion : on a besoin de joueurs qui adhèrent au projet, une fois que nous leur expliquons les bases de ce projet, la vision que nous avons pour ce club. C’est évidemment quelque chose de très important. Il faut que ça réponde à un besoin pour l’équipe aujourd’hui, c’est évident. Il faut ensuite que ça soit cohérent avec notre projet sportif, et notamment notre projet sportif à moyen terme. Et enfin, la discipline financière qui est pour nous un principe de gestion extrêmement important. »

 

 

 

Germain Eyraud

 

 

« Germain ? Un profil qui nous manquait dans notre effectif. »

 

 

« Voilà ce que je voulais vous dire avant de rentrer dans ce qui nous réunis aujourd’hui, cet-à dire la présentation de notre première recrue de ce mercato : Valère Germain. Alors comme il est aujourd’hui coutume de le faire, nous vous avons proposé un petit clip, que j’espère vous apprécierez et qu’on va lancer tout de suite (clip). C’est des images tellement belles qu’on a été ravis de les ressortir de nos cartons. Valère Germain, vous le connaissez tous. Il a été l’un des artisans essentiels du titre gagné brillamment par l’AS Monaco cette saison. 36 matchs, 27 en tant que titulaire, 10 buts marqués, 3 passes décisives. C’est une valeur sûre de la Ligue 1 : 128 matchs à son actif, 86 en tant que titulaire, 33 buts, 12 passes décisives. C’est un joueur dont certains pensent qu’il était prédestiné à porter le maillot de l’OM. Il est né à Marseille. Il est le fils de Bruno qui a été un joueur important de l’OM. Il est supporter de l’OM depuis la première heure.  A ce titre, je voudrais faire une petite précision qui a toute son importance, en tout cas pour moi. Si nous avons choisi Valère aujourd’hui, c’est pour ce qu’il est devenu comme joueur de football. Il n’y a pas de joueur marketing à l’OM. Nous avons choisi Valère parce qu’il représentait exactement un des profils qui nous manquaient dans notre effectif. Et donc, nous n’avons pas choisi Valère parce qu’il était le fils de ou parce qu’il était né à Marseille. C’est important parce que c’est vraiment la réalité dans les discussions que nous avons eu avec Rudi et avec Andoni. Aujourd’hui c’est Valère Germain le joueur qu’il est devenu avec les qualités qui sont les siennes que nous avons reconnu et qui font qu’il est aujourd’hui un Olympien. Ses qualités c’est quoi ? Alors j’aurais aimé que Andoni soit à côté de moi et en parle certainement mieux que moi à ma place. Aujourd’hui, il est à l’étranger, je ne vous dirai pas dans quel pays. C’est un profil différent et complémentaire par rapport à notre effectif actuel. Il est capable d’évoluer à différents postes dans différents systèmes de jeu. Il est polyvalent. Et puis il y a toujours ce à quoi nous attachons beaucoup d’importance. Ce sont ses qualités d’hommes, ses qualités humaines, son état d’esprit. Il connait le football de haut niveau dès son plus jeune âge, depuis l’âge de 23 ans, il joue depuis bien plus longtemps mais il a été nommé pour la première fois capitaine de l’AS Monaco à 23 ans. Il a vécu des moments difficiles avant de gagner ce titre cette saison. En tout cas, ce sont aussi pour ses qualité humaines que Valère est avec nous aujourd’hui. »

 

 

La soi-disant promesse de Jacques Henri Eyraud aux supporters concernant l’arrivée de plusieurs recrues au début du mercato.

 

 

« Vous m’avez entendu dire ça ? Je sais pas, il faudrait me présenter ces supporters car je n’ai jamais dit ça. On a un mercato. Je ne crois pas qu’un mercato se termine le 26 juin, ou alors j’ai raté quelque chose. On poursuit notre chemin, on continue notre route, ça prendra le temps que ça prendra. On ne va certainement pas recruter qui que ce soit parce qu’il faut recruter le 26 juin. Donc des discussions continuent, des discussions avancent. Andoni, Rudi ont un travail collectif excellent. J’essaye de les aider dans la réflexion et on avance. On le fera à notre rythme. »

 

 

Les prix pratiqués dans le football et le prix plafond

 

 

« Je ne suis pas surpris des prix que je vois. J’ai mon opinion sur ces prix. Il est évident que je trouve certains prix totalement déconnectés de toute valeur et de toute réalité mais c’est le football. Nous essayons de garder la tête froide et de travailler sur des transactions qui font du sens pour nous et qui peuvent aboutir à un juste prix, voilà notre attitude. »

 

 

La campagne d’abonnement et les arrivées de recrues qui pourraient la booster.

 

 

« L’année dernière, qui n’était certes pas la plus grande campagne d’abonnement historique de l’OM, à la même date, le club avait signé 1700 abonnements. Aujourd’hui, nous en sommes à 16 000. Nous avons fait à la même date un multiple assez significatif de ce qu’avez été la performance de l’année passée. On va continuer. Et il est probable que des arrivées puisse avoir un impact. Mais aujourd’hui, nous sommes ni plus ni moins dans nos objectifs et tout se passe très bien. En ce qui concerne la campagne d’abonnement, on est au niveau en terme de progression. On est à plus de 20 000. On verra ce qu’il se passera. Il n’y a aucune raison d’être nerveux sur la campagne d’abonnement qui, encore une fois, a bien démarré et aujourd’hui est un succès. »

 

 

La gestion passée de l’OM : un boulet ?

 

 

« Non pas du tout. Vous ne trouverez pas un mot de critique sur la gestion passée de l’OM, ça serait tellement simple. C’est difficile de gérer l’OM, j’en sais quelque chose aujourd’hui. Le sens de ce chiffre (L’OM a déjà dépensé 83 millions d’euros sur le marché des transferts cette saison : ndlr), c’est de montrer comme vous l’avez vu que nous sommes très volontariste dans notre politique d’acquisition. On a donné ce chiffre de 200 millions d’euros d’investissement. On va continuer à renforcer l’équipe. On verra où on arrête à la fin de ce mercato. Il faudra tirer un bilan, non pas à la fin de ce mercato, mais à la fin de la saison qui s’annonce. On peut tirer tous les bilans d’un mercato mais ce qui compte, c’est ce que fait l’équipe sur le terrain. Il y a certaines acquisitions, avant que nous prenions les clés du clubs, que nous avons validées fin août. Mais non, ce n’est absolument pas un boulet. On a exercé des options. C’était l’enveloppe globale dont je voulais partager avec vous le montant parce qu’elle est très significative par rapport à ce qu’était les acquisitions de l’OM sur les dix saisons passées. »

 

 

Le départ de Gomis

 

 

« Bafé Gomis ne sera pas Olympien la saison prochaine. Je lui souhaite vraiment bonne chance pour sa carrière et son prochain contrat. C’est quelqu’un de bien. C’est un grand joueur qui a beaucoup apporté dans l’année qu’il a passé avec nous. Une année où il était en prêt. Et je peux vous dire que pour un joueur en prêt, il s’est beaucoup démené. Il a beaucoup fait d’efforts pour être performant sur le terrain mais aussi perte un vrai capitaine de vestiaire. Je lui souhaite vraiment bonne chance du fond du coeur et très sincèrement. »

 

 

La discrétion de la direction

 

 

« Quant aux discussions qui ont eu lieu sur ce dossier, je ne ferai pas de commentaire. Vous savez que ma ligne de conduite depuis que je suis ici, c’est d’en dire le moins possible. Je sais que ça peut en décevoir certain d’entre vous. Mais je pense que des transactions, dans le monde du football ou ailleurs, se font d’abord en coulisses, dans la confidentialité entre un vendeur et un acheteur et pas sur la place publique. »

 

 

William Vainqueur

 

« Ce n’est pas une conférence de presse sur le mercato de l’OM. »