OM Info Publié le - Mis à jour le - Par

OM : MacHardy descend littéralement Villas-Boas et regrette le temps des Bielsa et Gerets !

.
Info Chrono
Top articles de la semaine

Ces derniers jours, André Villas-Boas a accordé une interview à nos confrères de France 3 PACA. Un certain nombre d’éléments du discours de l’entraîneur portugais de l’OM ont grandement gêné le chroniqueur de RMC Sport, Jonathan MacHardy…

 

 

« La première information (tirée de l’interview à France 3 PACA), c’est qu’André Villas-Boas compte probablement arrêter sa carrière de coach une petite dizaine d’années après l’avoir commencé. Et que donc l’Olympique de Marseille est probablement son dernier challenge. Bien moi, cette déclaration, elle me dérange grandement. Celui que l’on annonçait un temps comme la figure de proue d’une nouvelle génération d’entraîneurs envisage donc de raccrocher dans un club aux moyens restreints… Et puis quand tu lis l’interview, il te dit que son ambition est de faire gagner une coupe nationale au club. Une pauvre coupe de la Ligue… Pour moi, ça traduit tout simplement son intérêt plus que limité pour sa profession. (…) Peu importe que la direction actuelle ressemble plus à une bande d’amateurs  façon Les Bronzés font du Ski qu’à un vrai directoire, peu importe qu’un certain nombre de joueurs de l’Olympique de Marseille qui n’ait pas du tout le niveau pour porter ce maillot ciel et blanc mais Marseille, c’est quand même un club mythique. Et moi, ce discours de Villas-Boas fataliste, à la limite du je m’en foutisme et teinté d’une sorte d’ataraxie passive face à la situation dramatique du projet McCourt, ça tranche totalement avec la passion et la grinta de ceux qui l’ont succédé (précédé plutôt ?). Sans jouer aux vieux cons, Erik Gerets et Marcelo Bielsa. Eux, ils dégageaient une vraie passion comme si l’Olympique de Marseille, c’était une fin en soi. Même Élie Baup, pour lui, c’était une fin en soi, il faisait preuve d’ambitions avec une situation similaire. Et Bielsa ou Gerets, on les a jamais entendu dire que leur rêve c’était de finir président des Newell’s ou du Standard de Liège. »
Jonathan MacHardy – Source : RMC Sport