Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Rester deuxième ! [Thierry B. Audibert]

Par Mis à jour le - Publié le
Jorge Luis SAMPAOLI ASSE vs OM

Vous allez le laisser tranquille Sampaoli ? Je vous aime mais vous m’avez gonflé. Et Sampaoli-ci et Sampaoli-ça. Si on écoute certains, Sampaoli c’est Raymond Domenech. Vous partiriez pas un peu en couilles, les gars, et les filles (oui, parce que les filles s’y mettent aussi) ?

Il fait pas jouer Milik, d’accord ! Mais il a complètement le droit de ne pas l’aligner d’entrée s’il juge que l’équipe n’a pas totalement réussi à lui faire la place qu’il méritait, et c’est la faute à personne si la saison a commencé sans le polonais, surtout que sans sa blessure, Arek aurait peut-être répondu aux chants de quelques sirènes.., même s’il est probable que sa villa avec vue mer le retient quand même un peu.

Je l’ai déjà écrit ici, les qualités de Milik sont extraordinaires, mais s’il n’est pas dans la meilleure forme physique, avec toutes ses sensations, il est alors moins incisif, que ce soit dans ses appels, dans ses contrôles, dans ses décisions, et dans sa participation au jeu. Rajoutons à ceci qu’il est plus facile pour l’adversaire de contrôler le polonais s’il n’est pas au mieux, et si le jeu olympien repose sur Milik, cela permet de le contrôler, ce jeu, en bonne partie.

Mais vous allez me dire que Milik a maintenant récupéré tous ses moyens et qu’il doit jouer absolument. Que son degré de forme ne doit plus être un prétexte pour le laisser sur le banc. Pardon de vous répondre que Sampaoli est le mieux placé d’entre nous pour choisir ses options. On est dans le subtil, des sensations qui naissent au plus près et que personne ne peut prétendre contester, sinon en envoyant des jugements lapidaires qui ne reposent sur rien.

J’entends ceux qui disent qu’il faut construire l’équipe autour de l’avant-centre. C’est JPP qui l’a dit parmi les premiers et beaucoup lui ont emboité le pas. Mais je veux juste faire remarquer au ballon d’or marseillais que Milik n’a pas les mêmes qualités que lui. Il est moins véloce et c’est ainsi plus difficile pour lui d’aller dans la profondeur, il a moins de coups de reins, moins de jaillissement, son jeu d’avant-centre est différent de celui de Jean-Pierre, offre moins de diversité. Il est tout simplement plus facile à marquer. Je comprends donc Sampaoli auquel Payet a tenté un peu maladroitement de venir en soutien en disant qu’il préférait jouer faux-9.

Construire le jeu offensif autour d’un joueur est compliqué quand la saison est lancée et que l’équipe a pris des réflexes. Cette histoire Milik-Sampaoli pèse sur le groupe et lui enlève du plaisir de jouer, attention, évitons d’alourdir l’atmosphère, n’en rajoutons pas trop.

On est d’autant plus facilement tombé sur le coach que cette égalisation troyenne à la dernière minute a transformé la perception de la rencontre. Si l’OM avait tenu le résultat, une bonne partie des donneurs de leçon auraient tu leurs critiques. Ils ont été d’autant plus terribles que le voyage au Qarabagh a pesé sur les jambes et les esprits, cela s’est vu sur la fin.

Nous voilà donc une fois encore dans l’incertitude au moment de penser à cette réception de Monaco, ne sachant guère sur quel pied danser. L’OM désoriente, c’est inconfortable, et en même temps ça met du piquant, de la tension et nous adorons tellement ça.

Croisons donc les doigts pour que les olympiens retrouvent contre Monaco ce soir, la force de leur jeu de début de saison puisque Sampaoli a travaillé dans ce sens cette semaine. Nous avons une 2e place à conserver, et s’il ne serait pas absolument catastrophique de la perdre à l’issue de la journée, il faut penser que cela nous énerverait encore plus et Sampaoli entendrait de nouveau toute sorte de noms d’oiseaux. Et si un peu de paix pouvait revenir à l’OM, ce serait déjà ça de gagné par les temps qui courent.

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B. Audibert

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0