Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

SEREIN !

Par Mis à jour le - Publié le
10 Dimitri PAYET (om) during the Ligue 1 Uber Eats match between Marseille and Lorient at Orange Velodrome on October 17, 2021 in Marseille, France. (Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) - Orange Vélodrome - Marseille (France)

En ce jour de match toujours un peu spécial, même si le club parisien n’a plus qu’un nom de façade derrière lequel se trouve rien de moins qu’un état aux moyens illimités, qui en fait sans vergogne un répugnant usage, lequel dénature les compétitions françaises, en ce jour spécial disais-je, je n’ai pas envie d’enfiler les métaphores guerrières. Trop la flemme ? Je vieillis ? Mes hormones se barrent ? Va savoir !

La vérité, c’est que je suis de plus en plus serein devant ces rencontres chargées d’électricité et de souvenirs, plus ou moins agréables. Particulièrement cette saison. Pourquoi ?

Parce que nous avons un projet (je sais à qui vous pensez). Le club s’est rassemblé. Nos moyens sont limités mais l’actionnaire tient le choc, il y a un président créatif et passionné qui a su parfaitement s’entourer. Nous avons un entraîneur entraînant qui sait faire passer ses idées et fédérer son vestiaire, et enfin nous avons des joueurs avec un dosage savant de jeunes et d’anciens qui nous ont déjà montré de belles possibilités.

La décence est de notre côté. La dignité, serais-je tenté de dire, cette dignité qui peut donner beaucoup de forces quand il est temps de se dépasser.

Ce soir, nous les marseillais, joueurs, dirigeants, supporteurs, n’aurons qu’une chose capitale à respecter : le football. L’adversaire n’est qu’un faire-valoir. Tout ce qui brille a vocation à se faire rayer, cabosser, fracasser. Laissez-les arriver sur la pelouse sacrée du Vélodrome ces bijoux-fantaisie clinquants, avec leurs salaires astronomiques, leur irrépressible sentiment de supériorité, ces valets de luxe au service d’un projet géopolitique qui utilise le football, le pourrit et pardon de ne pas m’empêcher d’être vulgaire, lui chie dessus.

Ce soir, plus que jamais, c’est une nation qui vient affronter un peuple dans son temple. Un peuple fervent qui va transcender ses champions, faire corps avec eux, upgrader chaque muscle, chaque frappe, chaque course, chaque passe, chaque dribble. Rage de vaincre, irrespect total pour l’adversaire quel que soit son palmarès, ses accomplissements. Que nos joueurs percutent la bête, neutralisent ses tentacules, et la poignardent sans aucune retenue devant le monde entier car cette rencontre sera très regardée.

Je suis serein parce que quel que soit le résultat de ce soir, je crois dans mon club. J’ai foi en son avenir depuis plus de 50 ans et je n’ai pas été déçu malgré des moments difficiles. Je suis serein car cette équipe a le potentiel pour écrire une belle page de l’Histoire olympienne et elle sait que nous voilà prêts à la porter avec toute la force dont nous sommes capables.

Que les dieux du football soient justes avec nous si nous mettons tout en œuvre pour les séduire. Qu’ils nous accordent cette réussite qui nous fuit parfois. C’est à nos joueurs de faire les gestes justes, de choisir les bonnes options, de ne jamais relâcher leur vigilance, et d’être tueurs dans la surface. Le Vélodrome bourré à craquer fera le reste, il n’est pas magique, ça c’est pour les films de Disney, il peut être terrifiant, cruel, sans pitié pour l’adversaire quand les olympiens sont dans le tempo.

Mais comme l’ont demandé Pablo Longoria et Dimitri Payet, respectons le jeu et le football. Ne pourrissons pas le match par des gestes qui atteindraient les joueurs adverses. Nous n’avons absolument pas besoin de ça. Le Vélodrome est puissant, il n’a pas besoin que des individus pas très droits dans la tronche s’investissent d’une mission que personne ne leur a confiée. Aucun jet de projectile svp, même de papier. Les juges incompétents et partiaux de la Ligue n’attendent que ça.

Les choix de Sampaoli seront les miens. À lui de ne pas se tromper. Balerdi ou Caleta-Car derrière ? Balerdi me paraîtrait plus adapté pour sa pointe de vitesse qui peut neutraliser M’Bappé, et parce qu’il connaît bien Léo Messi. Si Ünder n’est pas en mesure de tenir pleinement son poste, ce qui serait fortement regrettable, quelle sera l’option du coach marseillais ? Konrad à gauche et Lirola à droite ? Ou Payet à gauche et Gerson au milieu ? Ou Pape Gueye pour harceler Veratti ?

Nous avons tous hâte de savoir, mais le mieux est d’évoluer tranquille jusqu’au soir. Sereins.

Que ceux qui me lisent et qui auront la chance d’être au stade se cassent la voix.

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B. Audibert

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0