Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Vélodrome : Si seulement en 2010, MLD…

Par Publié le - Mis à jour le


 

Nous avons dernièrement eu la confirmation que la clause d’entrée dans le capital d’AREMA pour l’OM, dont nous vous parlions précédemment, était désormais caduque. Elle est arrivée à expiration et concernait les précédents propriétaires du club de foot.

 

 

 

 

 

Sa présence dans le contrat de PPP était la résultante des atermoiements de Margarita Louis-Dreyfus lorsqu’il a fallu se décider à investir dans le nouveau stade. L’équipe dirigeante de l’époque s’était ménagée une porte de secours avec cette fameuse clause…. qui ne fut jamais activée !

 

 

Déjà la tête ailleurs ?

 

 

Alors que le club avait été pleinement associé en 2010 à de multiples réunions sur la rénovation du stade, l’écriture du contrat et même l’analyse des offres des futures sociétés de projet, la veuve Louis-Dreyfus avait décidé de se retirer de l’investissement au dernier moment.

 

 

L’intérêt de la manœuvre ne lui apparaissait pas forcément comme déterminante pour le futur du club. Il semble qu’elle ne souhaitait pas lier si fortement le club et son stade. Sans parler de ces réticences à faire rentrer des étrangers dans le capital de l’OM ou la cession de certains droits à l’image pour réussir le deal.

 

 

Lorsque l’on connait l’importance de l’exploitation de son stade dans les modèles économiques des clubs de football moderne, on ne peut que regretter cette décision et s’interroger sur le bien fondé de ce virage qui n’a pas aidé à la valorisation de l’actif au moment de sa vente…

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    1