Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

VITE, UN AVANT-CENTRE !

Par Mis à jour le - Publié le
Valentin RONGIER of Marseille during the friendly football match between Marseille and Villarreal at Orange Velodrome on July 31, 2021 in Marseille, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport) - Valentin RONGIER - Orange Vélodrome - Marseille (France)

Allez vaï, je le fais quand même le billet, même su je ne suis pas dans les meilleures conditions.

Et oui, devant coucher à Nîmes ce soir, je me suis dit que je trouverais sûrement un établissement qui donne le match. Bingo, le premier dans lequel j’arrive le donne sur trois écrans… mais c’est le 1er jour de la Féria… Adieu les tables et les chaises, reste debout mon collègue, comme dans le Virage Sud, ça te fera les jambes, et tant pis pour les bières sur tu alignes… tu le sens que tu tangues… je suis sur un bateau au large du Frioul pendant que je tapote sur mon té les mots que tu es en train de lire.

La compo ? Ben Sampa ne s’est pas trop emmerdé. Il a remis les mêmes qu’à Monaco avec juste Gerson et Alvaro qui rentrent, exit Balerdi et Lirola. Pau Lopez est toujours là.

Le 1er quart d’heure, on a rarement vu un tel pourcentage de possession, on a pas vu passer la statistique mais on devait frôler les 98% (ça va les amis, j’ai bu un petit coup). Les russes ne passaient même pas la ligne médiane.

On a pourtant pas eu la possibilité de voir beaucoup d’occases. Nos adversaires du jour nous attendaient en position basse et faisaient le choix de peu sortir.

Il n’empêche, la plus grosse occasion dans le 3e tiers de la mi-temps était pour les russes avec Smolev qui trouvait le poteau après une frappe sèche aux 20 mètres, alors que Pau Lopez était aux fraises.

Il y eut quand même des frappes d’Ûnder, de Guendouzi (dont une claquée avant qu’elle arrive dans la lucarne par le gardien russe). Une tête de Gerson également claquée par le goal, une autre foirée par le même brésilien en bonne position sur un centre d’Ûnder.

Il fallait mettre plus de mouvement en 2e mi-temps, prendre plus d’initiative, provoquer, les pousser à la faute.

La deuxième mi-temps reprenait un peu sur le même tempo, les marseillais semblant toutefois monter d’un cran. C’était ce qu’il fallait faire.

Ûnder entrait dans la surface pour déborder, son adversaire le déséquilibrait, le ralenti montrait qu’il y avait eu contact. Double peine pour le défenseur qui prenait son 2e jaine et rentrait aux vestiaires.

Ûnder transformait. 1-0, l’OM avait fait le plus dur.

Pendant ce temps, le bar se remplissait, à l’intérieur, sur la terrasse, les lumières clignotaient, les nîmois s’apprêtaient à lancer la fête, comme ils savent si bien la faire, avec la sono à fond, nous restions encore quelques-uns, les yeux scotchés sur l’un des trois écrans.

Quand on entrait dans le dernier quart d’heure, on voyait depuis le but un OM certes dominateur, volontaire, appliqué, mais stérile, maladroit et emprunté dans l’avant-dernière ou dernière passe. Mais l’équipe semblait avoir le match en mains.

83e Sampaoli envoyait du sang frais avec Lirola, Luis Henrique et Gueye en remplacement de Gerson, Guendouzi et Bamba.

Malheureusement, il faut savoir tuer un match et cette jeune équipe aura appris ce soir qu’il ne faut rien gâcher, que les occasions sont précieuses.

Rongier a déployé une énorme activité, Kamara n’est pas loin, Guendouzi fait surtout une belle 1re mi-temps. Tout le monde a été pas trop mal mais on attendait plus de chacun.

Il y avait largement la place pour une victoire et c’est ce qui fait le plus rager ce soir. Nous avons manqué de spontanéité mis surtout d’un avant-centre tueur. Vivement l’arrivée de Milik.

On sort un peu frustré de ce match mais on a encore le droit d’espérer que nos joueurs ont compris des choses.

Je laisse la fête, je rentre à l’hôtel… mon vié.

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B. Audibert

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0