Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM – [OLYMPIENS] VERS UN DÉFI PHYSIQUE ?

Par Mis à jour le - Publié le

Hèèè ma fouaaa, après le hors-d’œuvre Trélissac qui faillit s’avérer indigeste, nous attaquons les plats de résistance, le Stade Rennais ne sera que le premier d’une série qui nous conduira jusqu’à la fin de la saison.
 
Quelque chose m’agace quand certains se laissent aller à dire que nous saurons en fin février si nous serons ou non sur le podium. Je ne partage pas cet avis. Nous ne serions pas particulièrement assurés d’être dans les trois premiers en négociant bien les rencontres des semaines à venir. Pas plus que nous n’obtiendrions la certitude de n’être pas placés au sommet si cela ne se déroulait pas comme nous le souhaitons.
 
J’ose espérer que ce soir, nos olympiens nous épargneront l’affreux spectacle qu’ils nous livrèrent au cours de la rencontre de la dernière saison. Nous nous étions fait bouger à Rennes comme nous avons rarement eu l’occasion de le voir dans l´histoire du club, depuis que je suis ses matchs. Nous avions d’autant plus de quoi nous montrer déçus et furieux que les rennais avaient joué un match à très haute intensité en ligue Europa le jeudi soir. Ils nous avaient agressés, bouffés, que dis-je dévorés dans les duels tout au long de la première mi-temps, à la fin de laquelle nous étions menés 1-0 avec un but d’André qui avait surgi sur un corner pour placer, catapulter au fond de nos filets, une tête dès la 7e minute. Germain avait égalisé en deuxième mi-temps, de la tête également, héritant au passage d’un bel œil de pigeon sur le front. Le score n’avait plus bougé mais les rennais n’avaient jamais lâché dans le combat. J’avais titré mon billet d’après-match : L’OM prend une leçon de générosité. Je vous laisse lien vers ce billet si vous voulez le consulter :
 

[Olympiens] : L’OM PREND UNE LEÇON DE GÉNÉROSITÉ !!!


 
Croisons les doigts chers amis pour que Villas-Boas et son staff aient vu ce match et anticipent le scénario de celui de ce soir. Car j’ai la ferme intuition que Julien Stéphan s’y prendra de la même façon. Il nous proposera un défi physique dans toutes les zones du terrain afin que nous n’ayons pas le temps de nous organiser. Ils ont des attaquants puissants, méfiance.
 
J’ai souri pendant la conf’ de Villas-Boas, en entendant l’envoyé du Phocéen, Romain Canuti, demander au coach s’il pensait que la clé du match se trouverait au milieu du terrain. La question bateau de l’année. Statistiquement, l’équipe qui perd la bataille dans ce secteur-clé a de fortes probabilités de perdre la rencontre, même si comme l’a rappelé Villas-Boas, il fallait aussi se méfier de ce qu’il pourrait se passer dans les couloirs.
 
À propos de couloirs, la seule incertitude qui plane sur la composition de l’équipe s’inscrit en attaque sur le côté droit. En liaison avec ce risque de voir les rennais nous rentrer dedans, je pense que Lopez pourrait, comme cela avait été le cas à domicile contre Lyon, occuper ce poste de faux ailier droit. Sa présence pourrait permettre d’aider à la conservation du ballon et proposer des solutions à la relance. Sa qualité de passe pourrait montrer son utilité pour servir Benedetto, lequel semble se trouver dans le creux. Il serait bon que notre avant-centre argentin retrouve le chemin de l’efficacité.
 
Bien entendu, je peux me tromper.
 
Vous voulez mon pronostic ? Je m’attends à voir l’OM perdre ce match.
 
Un mot sur Lihadji. Comme je l’ai dit sur Twitter dans la semaine, je n’ai pas d’avis tranché sur la question. J’ai du mal à me faire une idée précise de son vrai niveau, et surtout de son vrai potentiel. Mais il est clair que dans mon esprit il ferait une erreur en ne signant pas dans son club formateur, qui lui a fait une belle proposition pour un joueur de son âge. Mais surtout, en retardant sa décision, il a inconsciemment déclenché de sacrés forces négatives qui pourraient travailler contre lui à partir de maintenant… qui ne sont pas faciles à inverser. Surtout à son âge.
 
Je voudrais pour finir revenir sur Trélissac. Juste pour souligner ici le ridicule du président de Trélissac, dont chacun sait qu’il a bavé sur l’OM sur tous les plateaux au prétexte que le club ne lui avait pas laissé l’intégralité de la recette. Il faut avoir un bel estomac pour hurler à la prétendue radinerie de l’OM quand on s’est montré capable un jour de licencier un employé qui avait mangé une banane en réserve. Vous êtes nombreux à avoir vu cette information mais cela me chatouillait de l’inscrire aussi dans ce blog… je voulais juste en laisser une trace pour plus tard avec le nom de cet abominable personnage : Fabrice Faure. Nous ne l’oublierons jamais.
 
Vive le grand Roger Magnusson !
 
Thierry B Audibert
@TBAudibert
 
 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0