OM Info - Par

[Dossier FCM]: Entre Paris et le Delaware, présentation des structures qui contrôlent l’OM

.
Info Chrono
Top articles de la semaine

Pour bien commencer l’année 2019, Football Club de Marseille vous propose de repartir de zéro avec l’OM de McCourt. Le milliardaire américain a déjà investi beaucoup d’argent dans l’Olympique de Marseille mais il a aussi complètement changé son organisation juridique. À l’aide des documents officiels déposés au greffe du tribunal de commerce depuis 2016, nous vous proposons un panorama structurel et financier en trois temps. 

 

 

 

 

Premier temps où l’on s’attarde sur la structure financière et juridique du nouvel OM…

 

 

 

 

Du storytelling à la réalité de la finance footballistique…

 

 

 


 

« Monsieur Frank McCourt est un homme d’affaires. Ce n’est pas un homme de fonds divers et variés. En fait, c’est une nouvelle famille qui va succéder à la famille de Robert Louis-Dreyfus. »
Jean-Claude Gaudin, 29/08/2016

 

Prenez la recette du maire de la ville, ajoutez-y une pincée de « fighting spirit irlandais » , trois grammes d’ambition à l’américaine, faites mijoter « sur une présence pour plusieurs générations » et vous obtiendrez le storytelling officiel concernant l’investissement dans le soccer du milliardaire de Boston. Un mécène en remplace un autre, en quelque sorte. Ça, c’est la version simple. 

 

 

La version compliquée, elle, implique au moins trois sociétés distinctes et la stratégie globale d’un fonds d’investissement familial américain mais aussi plus d’argent injecté dans le club en un peu plus de deux ans qu’en vingt ans de Louis-Dreyfus. Oui mr le Maire, Mr McCourt a bien commencé à mettre de l’argent ! 

 

 

Pour comprendre les flux financiers à l’intérieur du club, il faut repartir de la base :

Frank McCourt a acquis de manière indirecte la société « Olympique de Marseille SASP » en devenant l’unique actionnaire de sa société mère, la SA « Eric Soccer », via une autre société, américaine cette-fois, nommée « Olympique de Marseille LLC. »

 

Limpide, non ? 

 

 

 


Extrait PV Conseil de Surveillance de la SASP OM du 17 Octobre 2016 à 17h30


 

 

 

 

à la base, McCourt LP…

 

 

 

Frank McCourt est le propriétaire et CEO du groupe McCourt Limited Partnership fondée sur sa fortune personnelle ainsi que celle de ses aïeux. Les propriétés de McCourt LP (comme l’OM) sont managées par McCourt Global, la section business du groupe. Il faut d’abord s’attarder sur ce statut d’entreprise familiale, qui se rapproche de celui de fonds d’investissement familial même s’il en rejette l’appellation (on parlera par exemple de « investment firm » sur le site de McCourt Global). L’avantage principal que possède ce type de structure sur les fonds d’investissement plus classiques est leur vision à plus long terme non parasitée par la nécessité d’apporter un profit immédiat à leurs petits ou gros actionnaires. 

 

 

Une fois posé ce premier axiome positif pour les supporters du club, il faut bien distinguer la visée commerciale du groupe McCourt de celle du mécénat. Le but est ici de « maximiser la valeur et l’empreinte globale des marques sportives et médiatiques du groupe. » Pas d’investir à perte pour le plaisir du ballon rond…

 

 

Capture d’écran site McCourt Global

 

 

 

 

Olympique de Marseille Limited Liability Company, les joies du Delaware

 

 

 

Pour récupérer l’Olympique de Marseille, McCourt LP a donc enfanté une société du nom de « Olympique de Marseille Limited Liability Company », « OM llc » pour les intimes. Cette structure lui a permis d’acquérir la totalité des actions d’ « Eric Soccer » et de devenir par voie  de conséquence l’actionnaire majoritaire de la « SASP Olympique de Marseille. »

 

 

Pourquoi être passé par un chemin si tortueux ? Pour la fiscalité et l’opacité bien sûr ! Car détail important « OM llc » est basé dans le très attractif État américain du Delaware.

Si les États-Unis et Didier Poulmaire (*) se refusent à lui octroyer le statut de paradis fiscal, d’autres vont bien plus loin à l’image du représentant démocrate à la chambre du Delaware, John Kowalko.

 

 

« Le Delaware est surnommé « la capitale américaine des sociétés écrans », un « paradis fiscal pour les entreprises » ou encore « les nouvelles Îles Caïmans. » Ces étiquettes ternissent l’image du Delaware. (…) Quand des personnes comme le lobbyiste criminel Jack Abramoff, le célèbre vendeur d’armes illégales Viktor Bout ou des fraudeurs comme le « Madoff du Midwest » Timothy Durham profitent des avantages du Delaware pour créer des sociétés écrans pour blanchir de l’argent, je dis que notre État a un vrai problème qu’il doit assumer. »
John Kowalko – Source : Tax Justice 

 

 

Frank McCourt n’a bien sûr rien à voir avec les délinquants et crimes cités plus haut par Kowalko. Il profite tout simplement, comme tant d’autres, de l’opacité et du faible niveau d’imposition fiscale offerts par ce petit État américain longtemps appelé « The small Wonder. » Ne cherchez pas, aucune information d’envergure ne sera divulguée sur « OM llc » si ce n’est l’adresse, la date de création et les impôts effectivement payés sur place.

 

 

L’OM partage désormais son adresse américaine avec des sociétés appartenant à Donald Trump, Hilary Clinton ou encore Google, American Airlines, Coca-Cola, etc. Il s’agit du CORPORATION TRUST CENTER 1209 ORANGE ST dans la ville de Wilmington, Delaware. Au niveau des impôts, tout est en ordre, les 300$ annuels semblent avoir été payés. Pour le reste, passez votre chemin, il n’y a rien à voir…

 

 

 


Olympique de Marseille LLC Details – State of Delaware


 

 

 

L’argent injecté dans l’Olympique de Marseille par le milliardaire américain est forcément passé par « OM llc » et donc par le Delaware.

 

 

Pour les plus paranos d’entre nous (et étant donné que tout un chacun peut créer une entreprise au Delaware « avec moins de documents qu’il n’en faut pour s’inscrire à la Bibliothèque » selon Kowalko), sachez qu’il existe tout de même dans les documents à notre disposition plusieurs traces évidentes de connexion entre « McCourt LP », « OM llc » et « Eric Soccer. »

 

 

 


 Extrait du PV du Conseil d’Administration d’Eric Soccer le 17 Octobre 2016 à 14h30


 

 

 

ERIC SOCCER, transformée en Société à actions simplifiées

 

 

 

« Eric Soccer » est la société anonyme créée par feu Robert Louis-Dreyfus en 1996 afin de gérer plus simplement l’Olympique de Marseille. Il était en effet pour lui beaucoup plus simple d’investir dans le club via une holding qu’en son nom propre. Il s’agit de la société mère de la « SASP Olympique de Marseille. »

 

 

 

« OM llc » a donc racheté à Margarita Louis-Dreyfus et aux actionnaires minoritaires d’ « Eric Soccer » la totalité des actions. McCourt via « OM llc » est désormais l’actionnaire unique de la société. 

 

 

 


Extrait PV du Conseil d’Administration d’Eric Soccer du 17 Octobre 2016


 

 

 

Le jour même de l’acquisition, il a été décidé de changer le statut de la société. Eric Soccer, alors Société Anonyme à conseil d’administration, est devenu une Société à Actions Simplifiées Unipersonnelle (SAS ou SASU). Exit le Conseil d’Administration et ses réunions documentées au Greffe du Tribunal de Commerce de Paris (où la société est domiciliée), Frank McCourt est désormais seul maître à bord du vaisseau Eric Soccer à la suite de cette transformation. 

 

 


Extrait PV de l’Assemblée Générale extraordinaire d’Eric Soccer du 17 Octobre 2016 à 16h00


 

 

 

 

L’argent investi par McCourt doit donc d’abord transité par « OM llc » puis « Eric Soccer » avant de finalement atterrir dans les caisses du club. 

 

 

Si avec la création d’ « OM llc » , « Eric Soccer » tend à ne plus être qu’un simple vaisseau transitif pour l’argent de McCourt, elle aura été très importante au moment de la vente du club. Margarita Louis-Dreyfus s’en étant habilement servie les mois précédents afin de rendre la mariée « OM » plus présentable…

 

 

 

 

LA SASP OM toujours chapeautée par un conseil de surveillance…

 

 

 

 

Enfin, nous arrivons à la « Société Anonyme Sportive Professionnelle à Directoire et Conseil de Surveillance Olympique de Marseille » , la « SASP OM » pour les intimes. L’entreprise derrière le club du foot qui rythme les week-ends de la cité phocéenne. Le fait le plus marquant la concernant est finalement la continuité dans son organisation générale au moment du passage de témoin entre Giovanni Ciccolunghi et Jacques-Henri Eyraud. 

 

 

 

L’entreprise continue de fonctionner avec un Directoire rendant régulièrement des comptes à un Conseil de Surveillance. Ce Conseil de Surveillance avait disparu lors de la prise de pouvoir de Vincent Labrune en 2011 pour ne réapparaitre qu’à son départ en 2016. Le club, alors en attente d’être vendu, se voulait plus rigoureux dans sa gestion et avait ré-instauré cet instrument de contrôle supplémentaire qu’est le Conseil de Surveillance. Étant donné l’importance que semble avoir Jacques-Henri Eyraud dans le projet de Frank McCourt, il aurait été imaginable que ce Conseil de Surveillance disparaisse afin de lui laisser les mains libres dans sa gestion. 

 

 

Conseil de Surveillance OM Directoire OM
Frank.H McCourt (président) Jacques-Henri Eyraud (président)
Drew McCourt Jeffrey Ingram
Barry Cohen  
Olivier de Vilmorin  

 

 

A LIRE AUSSI : Les pouvoirs de JHE élargis en matière de mercato

 

 

Autre fait marquant dans la structure de la « SASP OM » , la place toujours occupée par Margarita Louis-Dreyfus dans l’actionnariat. Selon les documents à notre disposition, il n’y aurait pas de changement suite aux dernières augmentations de capital. Il se diviserait donc toujours comme suit : 

 

 

  • – Eric Soccer (propriété intégrale d’OM llc donc de McCourt) : 95,09 %
  • – Margarita Louis-Dreyfus : 4,9 %
  • – Autres actionnaires minoritaires : 0,01 %

 

 

 

 

Si cette présentation peut paraître lourde à digérer comme un repas de Noël, elle est nécessaire afin de comprendre les articles à venir dans ce dossier mais également la manière dont est géré le club. Rendez-vous dès demain sur Football Club de Marseille pour un retour en Octobre 2016… 

 

 

 

  • * : “La société Olympique de Marseille LLC est basée dans le Delaware. Ce n’est pas un paradis fiscal comme j’ai pu le lire.” Didier Poulmaire – Les Échos, Octobre 2016