Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Ligue 1 : « Les matchs ne seront pas systématiquement rejoués », dixit Labrune

Par Publié le - Mis à jour le
Vincent LABRUNE president of LFP during the FFF general assembly at Hotel Pullman, in Paris, France on December 11th (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Vincent LABRUNE - Federation Francaise de Football - Paris (France)

Suite aux incidents du match Lyon vs OM et à l’accumulations des problèmes en Ligue 1, la LFP et les autorités de l’état ont décidé de prendre des mesures. Vincent Labrune, président de la LFP, s’est exprimé dans le Figaro sur les décisions à venir…

 

 

Vincent Labrune, président de la Ligue de football professionnel, s’est exprimé et a donné d’autres axes de travail notamment concernant le fait de rejouer les matches ou non.

A lire : Lyon – OM : Aulas fulmine contre sa sanction et attaque Cardoze, et Sampaoli !

Nous allons mettre en place début 2022, un barème de sanctions plus lisibles — Labrune

 

« Nous avions interpellé les pouvoirs publics depuis août sur la nécessité qu’ils nous viennent en aide sur les sujets de sécurité. Nous ne pouvons qu’être satisfaits de leur réponse et de leur volonté d’impulser une dynamique globale dans le combat général contre les violences dans les stades. Si toutes les parties – à commencer par les clubs – les mettent en œuvre avec force, célérité et conviction. (…) Nous allons mettre en place début 2022, un barème de sanctions plus lisibles, mais d’ores et déjà il va de soi que tous les matchs ne seront pas systématiquement rejoués. Plusieurs cas de figure seront donc envisagés. » Vincent Labrune – source : Le Figaro (16/12/2021)

 

 

Suite à cette réunion avec les autorités du football et différents ministères concernant la sécurité dans les stades, trois mesure avaient déjà fuitées.

 

Maximum 30 minutes pour trancher, plus de bouteille plastiques dans les stades, match arrêté si joueur ou arbitre touché !

 

– Les bouteilles en plastique seront interdites dans les stades à partir du 1er juillet 2022.

– En cas d’incident, un délai maximum de 30 minutes sera déclenché pour décider du sort du match.

– Un match sera définitivement interrompu en cas d’arbitre ou de joueur blessé par un projectile.

 

L’incident au Groupama Stadium a fait bouger les autorités, et semble avoir plus atteint Payet que celui à Nice. L’international français a publié une Tribune dans le Monde ce mercredi soir afin de pester contre les agissements de certains supporters…

 

A LIRE AUSSI : Conférence League : Changement d’adversaire pour l’OM ?

 

« Depuis la reprise du championnat de Ligue 1, des scènes de violence se multiplient dans les stades. J’en ai été la victime la plus médiatisée, même si je ne suis pas le seul à avoir été agressé d’une façon particulièrement lâche et inacceptable. Je tiens à dire que si j’ai souhaité écrire cette lettre, ce n’est pas pour une histoire de communication ou à la demande du club. Il n’y a ni vice ni calcul de ma part, je n’ai pas la volonté de mettre la pression sur quiconque, je m’en fous de ça, d’autant que je n’ai plus aucun intérêt personnel dans cette histoire. Je veux juste essayer d’apporter un point de vue. Car je reste quand même la première victime des incidents de Nice et de Lyon, ce qui me donne un peu de légitimité. J’aimerais que la réunion interministérielle sur la violence dans les stades [prévue jeudi 16 décembre] ne soit pas sans lendemain. » Dimitri Payet – Source : Tribune dans Le Monde (15/12/21)

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0