C3 Publié le - Mis à jour le - Par

OM : « Ocampos, sans doute le plus méritant… »

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Lucas Ocampos - Marseille -Marseille - Rennes

L’OM s’est une nouvelle fois ridiculisé en Ligue Europa en s’inclinant 1-3 face à Limassol. Voici la note de l’attaquant du soir, Lucas Ocampos.

 

 

Rudi Garcia avait décidé d’aligner une équipe en grande partie composée d’habituels titulaires. Cela n’a pas était suffisant face à l’énorme armada de l’Apollon Limassol, elle amputée de 6 titulaires. Une cinglante défaite 1-3 qui parachève l’énorme naufrage de la campagne européenne cette saison. Des joueurs pas au rendez-vous, un coach dépassé et un président obligé de jouer les pompiers avec les supporters après la rencontre. L’OM ne va pas bien, les joueurs le confirment sur le terrain. La défense a pris l’eau, l’animation offensive est sur courant alternatif. Titularisé à la pointe de l’attaque, Lucas Ocampos a comme souvent montré l’exemple ne termes d’investissement. Par contre, comme souvent il a péché dans le dernier geste…

 

A lire : OM – LIMASSOL (1-3) // LES NOTES DE FCM : GARCIA, PREMIER RESPONSABLE DE LA DÉROUTE DEVANT SES CADRES FANTÔMES (RAMI, STROOTMAN, PAYET…) !

 

La note de lucas ocampos

 

4,5/10

 

 

Son appréciation

 

Sans doute le plus méritant…

Lancé aux trousses des défenseurs centraux, il les a constamment harcelé via un pressing de tous les instants qui faisait forcément plaisir à voir dans cet océan de fainéantise. Après, son problème c’est qu’il est trop caricatural. Encore hier, il s’est trop souvent arraché pour récupérer des ballons qu’il utilisait mal derrière (22′, 23′ par exemple). Il aura quand même été au bout de ses idées et frappé au but cinq fois en manquant un peu de précision ou de puissance (20′, 44′, 84′) voire tout simplement de chance (24′ sur le poteau). Dans une position axiale et malgré la prestation collectif pitoyable, il a montré mille fois plus de choses que Germain et Mitroglou réunis depuis le début de saison. Expulsé bêtement (et de manière prévisible) en fin de match pour un excès d’engagement et probablement… pas mal d’énervement.