Replay Publié le - Mis à jour le - Par

Comment McCourt a déjà investi 150M€ à l’OM (Replay)

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Marseille owner Frank McCourt, Monica McCourt, wife of Marseille owner Frank McCourt, Marseille president Jacques Henri Eyraud during the Ligue 1 match between Paris Saint Germain and Marseille at Parc des Princes on October 23, 2016 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)

 

La première saison de McCourt à l’OM s’est achevée sur un déficit de 42M€ (révélée par FCM le 2 février dernier). Le second exercice de l’américain sur la Canebière devrait également se clôturer par un résultat financier négatif. De quoi déjà faire hurler à la catastrophe les Cassandre, notamment en cas de non qualification pour la lucrative Ligue des Champions dans quelques semaines. 

 

 

Pourtant, Jacques-Henri Eyraud avait prévenu : « Nous prévoyons deux saisons, deux saisons et demie de déficit. » En effet, au niveau financier, tout est déjà en place pour absorber le déficit à venir et continuer le développement du club.

 

 

Au moins 154M€ déjà injectés…

 

 

Si nous vous avions déjà informé des deux augmentations de capital de l’OM depuis l’arrivée de McCourt (38M€/juin 2017, 19M€/décembre 2017), la méthode utilisée avec prix de souscription des actions surévaluées entraînant une plus grande rentrée d’argent restait assez difficile à déchiffrer. Nous avons donc demandé un éclaircissement sur ce point à un spécialiste de l’économie du sport, Lionel Maltese, maître de conférence sur ses problématiques au sein de l’université Aix-Marseille. 

 

 

Nous lui avons soumis le cas de la première augmentation de capital (retrouvez l’extrait concerné des comptes plus bas), voici son explication sur la méthode. 

 

 

« Dans le cas de l’OM, l’augmentation de 38M€ de capital c’est la valeur nominale de l’action, le prix d’émission est supérieur. La différence entre le prix d’émission et la valeur nominale va figurer comptablement dans un compte appelé « Prime d’émission » qui est en fait une réserve. Ici, 103 – 38 = 65M€. Plus le cours est élevé plus la société récupère de l’argent frais sans endettement car le capital et la prime d’émission n’ont pas à être remboursés à une date déterminée. »
Lionel Maltese

 

Pour info, le club a procédé de la même manière en décembre dernier avec une augmentation de capital de 19M€ mais un montant injecté total de 51M€. 

 

 

Si le capital de l’OM est donc passé de 19M€ à 76M€ depuis l’arrivée de l’américain, ce sont plus de 154M€ qui ont été apportés au club lors de ces opérations. Comme révélé par MassaliaLive, MLD a bien participé à la première augmentation de capital à hauteur de 5M€. Cette première augmentation aura servi à financer le mercato hivernal 2017 et assainir la situation comptable du club en effaçant ses dettes notamment vis à vis d’Eric Soccer, la seconde servira à encaisser le déficit qui devrait se présenter en fin d’exercice grâce à la formation d’une réserve financière effectuée en décembre dernier.

 

 

Seule l’UEFA pourrait être embêtante…

 

 

Les charges d’exploitations pour cette saison devraient se révéler assez importantes (explosion de la masse salariale, amortissements mercato estival…). Cependant, la constitution d’une grosse réserve financière ainsi que le surplus financier apporté par le bon parcours en Europa League devrait permettre d’absorber sans trop de dommages le déficit final. 

 

 

Avec ce modus operandi, la nouvelle équipe dirigeante de l’OM a fait grandir le club sportivement. La méthode peut encore servir dans les mois qui viennent pour continuer l’investissement (jusqu’à arriver au fameux 200M€ ?). Loin d’être aux abois le « Champions Project »… Au niveau national, la DNCG semble très bien s’accommoder des méthodes olympiennes. En Europe, la situation est différente avec l’UEFA qui doit appliquer à tous les règles de son fameux Fair-Play financier. Le club négocie actuellement avec l’organisme européen un Accord de Règlement qui devrait s’accompagner de sanctions. 

 

 

Tout l’enjeu des négociations est justement de minimiser les mesures contraignantes qu’imposera l’UEFA (déficit limité, transferts encadrés…). Même sans Ligue des Champions l’an prochain, l’OM disposera encore d’une belle marge de manœuvre. Par contre, il deviendra indispensable d’augmenter les revenus lors de la saison 2019/20…