PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant
PUBLICITÉ

Ex OM : La défense de Vincent Labrune concernant son salaire !

Publié le - Mis à jour le
Vincent LABRUNE president of LFP during the FFF general assembly at Hotel Pullman, in Paris, France on December 11th (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Vincent LABRUNE - Federation Francaise de Football - Paris (France)

Auditionné par le Sénat lors de la commission d’enquête sur la financiarisation du football français, deux membres de la CVC, le fonds d’investissement luxembourgeois, avaient alors été interrogés sur leur lien avec la LFP et Vincent Labrune. Président de la LFP, Vincent Labrune a à son tour été questionné par le Sénat, notamment sur la question de son salaire qui interroge. 

 

Vincent Labrune, président de la LFP, traverse un été compliqué. N’ayant toujours pas trouvé de chaînes télés pour diffuser la Ligue 1, l’ancien président de l’OM est également au cœur d’une autre polémique liée à son salaire. Depuis plusieurs semaines le Sénat mène une enquête sur l’accord liant la Ligue et CVC, le fonds d’investissement luxembourgeois, qui a donné 1,5 milliard au football français, en échange de 13% de ses recettes commerciales.

 

Questionnement autour des primes et du salaire de Vincent Labrune

 

La semaine dernière, deux dirigeants de la CVC étaient auditionnés autour de cet accord, et avaient certifié que Vincent Labrune ne touchait rien au travers de cette fonction. Une information très vite remise en cause par un document indiquant que 50% du salaire de Labrune est bel et bien pris en charge par le CVC. Une information démentie par le président de la ligue lors de son audition : «Je n’ai jamais eu aucune relation commerciale par le passé et jusqu’à aujourd’hui avec le fonds CVC».

A lire aussi : Mercato OM: De Zerbi veut garder Balerdi, discussions en cours…

« il y a eu une mauvaise communication entre les équipes »

A lire aussi : Mercato OM : De Zerbi veut un attaquant, mais…

« Dans le cadre des accords entre LFP et (la société commerciale) LFP Media, un contrat de prestation de service entre les deux structures vise à refacturer les services qui sont rendus par les directions transverses, explique le président. Ce que je comprends de l’audition de CVC, c’est qu’il y a eu une mauvaise communication entre les équipes de LFP Media et celles de CVC sur la partie refacturée. Si je peux regretter ce déficit d’information, je dois dire que c’est tout à fait normal. Le contraire aurait posé un problème. Si on n’avait pas refacturé une partie de ma rémunération, c’était un acte anormal de gestion. La LFP n’avait pas à supporter intégralement une prestation effectuée au bénéfice de LFP Media. »

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0