OM Info Publié le - Mis à jour le - Par

Ligue 1 – OM : Bientôt une solution trouvée pour les fumigènes ?

.
Info Chrono
Top articles de la semaine
Supporters OM - Virage sud South Winners

De nouveaux types de fumigènes sont en voie d’expérimentation au Danemark. Ils pourraient être acceptés dans les stades en France, évitant à l’OM d’être à nouveau sanctionné par l’UEFA…

 

 

Nous le savons depuis quelques années maintenant, de nouveaux types de fumigènes sont élaborés ou sont en cours d’élaboration. Les engins pyrotechniques que nous connaissons aujourd’hui sont interdits car ils sont jugés trop dangereux pour la sécurité des utilisateurs et des personnes proches de l’engin. La dangerosité du fumigène réside dans la chaleur qu’il dégage lorsqu’il est allumé. En effet ces derniers dégagent une chaleur avoisinant les 2000°C. Aujourd’hui, de nouveaux type de fumigènes avec une chaleur grandement diminuée (180°C) devraient voir le jour. Il s’agirait en réalité de torches éclairantes inventées au Danemark par le pyrotechnicien Tommy Cordsen. Et ce type d’engin pourrait possiblement avoir sa place dans un stade…

 

les fumigènes, hantise de eyraud

 

L’Olympique de Marseille a été sévèrement rappelé à l’ordre cette saison suite à l’utilisation répétée de fumigènes. En effet l’UEFA avait sanctionné le club phocéen d’exclusion de toutes compétitions continentales en cas de récidive sur une période probatoire de deux ans, d’un huis clos total, d’un huis clos partiel, et de 100 000 euros d’amende. De plus, l’utilisation des fumigènes en L1 la saison dernière avait, entre les amendes et les huis clos partiel, coûté un montant estimé à 750 000 euros selon l’Equipe, soit près de 20 % des recettes de billetterie en virage.

 

Jacques-Henri Eyraud avait dû se montrer ferme auprès des supporters marseillais sur RMC Sport en octobre dernier : « Dépenser plus d’un million d’euros en sanctions financières liées aux fumigènes… Ce n’est pas possible de reproduire cela d’une saison à une autre. Ni d’être interdit de compétition européenne, car ce n’est ni plus ni moins que la fin de notre projet« .