OM Info Mis à jour le - Publié le - Par

Ligue 1 : Remise en cause et discussions (houleuses) à venir autour du prochain jackpot des droits TV ?

.
Info Chrono
Top articles de la semaine

Alors qu’un accord égalitaire a été acté concernant les droits TV pour la période 2020-2021, certains dirigeants aimeraient remettre en cause ce deal. Le futur jackpot devrait être au centre de la réunion de vendredi, qui s’annonce animée…

Avec la saison arrêtée à 10 journées de la fin, les clubs de Ligue 1 ont un sacré manque à gagner. La LFP a contracté un prêt pour tenter de compenser une partie de ces pertes. Cependant, la plupart des clubs attendent avec impatience la saison prochaine et la nette augmentation des droits tv qui va avec. En effet, le montant actuel de 748,5 M€ par an va passer à 1,217 milliard d’euros annuels au total pour la Ligue 1 et la Ligue 2. Une hausse de 60% qui est censée être partagée équitablement. Mais la crise du Coronavirus pourrait changer la donne…

Des droits tv en augmentation de 60%

L’Equipe explique ce mercredi que le « schéma retenu prévoit que la manne d’environ 400 M€ supplémentaires qui doit tomber dans les caisses de la LFP à partir de 2020-2021 sera répartie à parts égales entre les pensionnaires de l’élite. Soit environ 20 M€ de plus par club, après soustraction de la taxe Buffet (soutien au football amateur, 5 %) et de diverses aides, notamment à la FFF. » Alors que cet accord devait être validé par le conseil d’administration de la Ligue, plusieurs présidents tentent de le remettre en cause…

La répartition égalitaire remise en question ?

Le quotidien sportif a eu accès a des échanges d’email entre Bernard Caïazzo, le président de Première Ligue, Arnaud Rouger, directeur des activités sportives de la LFP, Nasser al-Khelaïfi, président du PSG, Victoriano Melero, secrétaire général du club parisien, Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot, respectivement président et directeur général adjoint de l’OL, Nicolas Holveck, président de Rennes, et Xavier Thuilot, DG de Saint-Étienne. Si le président du LOSC, Gérard Lopez était a priori en copie de ces échanges, ce n’est pas le cas du président Eyraud (OM). L’objectif serait de changer la répartition au moins pour la saison 2020/2021. L’objectif est de soumettre un accord plus global sur une grande gamme de thèmes (gouvernance, système électoral à la LFP, réunification des syndicats de clubs…).
Une manœuvre qui ne devrait pas plaire aux « petits » qui avaient la majorité en 2016 et qui avaient donc poussé pour une répartition égalitaire. Un collège de Ligue 1 est prévu vendredi, entre cette possible remise et cause et le matraquage médiatique d’Aulas, il s’annonce agité.