Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Lyon – OM : Les explications (peu convaincantes) du lanceur de bouteille

Par Publié le - Mis à jour le
Dimitri PAYET of Marseille during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Marseille at Groupama Stadium on November 21, 2021 in Lyon, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Groupama Stadium - Lyon (France)

Interpellé par la police, la personne qui a lancé une bouteille dans la tête de Dimitri Payet et qui a donc entrainé l’arrêt du match s’est exprimé devant le tribunal correctionnel de Lyon. Il a tenté une explication…

 

 

Après la diffusion de la vidéo de l’incident, l’homme de 32 ans a tenté d’expliquer son geste de façon plutôt maladroite. Il affirme qu’il ne voulait pas toucher Payet…

 

Je visais autour de lui, je ne voulais pas le toucher

 

« J’ai jeté l’objet dans la direction sans vouloir le (Payet) toucher mais pour lui mettre la pression. C’est une connerie, l’étais dans l’euphorie du truc. Je veux m’excuser auprès de Payet, de l’OL. Cela fait 20 ans que je vais voir des matchs. Je ne sais pas ce qui s’est passé dans ma tête. Je ne voulais pas viser Dimitri Payet. Je visais autour de lui, je ne voulais pas le toucher. (…) Je visais autour de lui, je ne voulais pas le toucher. Je regrette vraiment mon geste déplacé. Je ne savais pas qu’il avait reçu quelque chose dans un autre match. Je ne savais pas». Le prévenu – source : RMC (23/11/2021)

 

 

RMC précise que l’avocat de Dimitri Payet a voulu insister sur le fait que le prévenu a mis sa capuche avant de lancer la bouteille :« C’est un geste dramatique. J’espère que vous allez réfléchir à votre acte, vous avez visé un individu gratuitement… Le préjudice moral de Dimitri Payet existe. Il a désormais une crainte. C’est scandaleux. »

 

Darmanin donne rendez-vous dans 15 jours

 

Plus tôt dans la journée, Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, s’est exprimé sur les décisions à venir.

 

« Nous avons convenu de travailler ensemble sur quatre sujets. Le premier, c’est celui de la question de l’interdiction des stades. La question de la sécurisation en elle-même des stades, avec les caméras de vidéoprotection, les filets de protection. La Ligue et la fédération y travaillent. La question évidemment de la sécurité privée puisque nous devons améliorer encore le contrôle à l’accès aux stades et puis enfin la question la plus importante comme on l’a vu dimanche, celle de savoir qui arrête un match, comment on arrête un match, quelles responsabilités pour arrêter ce match entre le rôle essentiel de l’arbitre et le rôle du préfet car il y a une question d’ordre public lors que l’on évacue des stades de 60 000 personnes. Nous avons convenu de travailler très rapidement et dans quinze jours, dans le même format, nous retrouver afin de formuler au premier ministre et aux instances dirigeantes de notre football des propositions. Notre envie est de travailler ensemble pour changer les règlements si les présidents veulent en discuter, permettre la rapidité d’une décision mais aussi pour pouvoir rendre un certain nombre de décisions dans quinze jours pour pouvoir très rapidement évacuer la minorité agissante qui pollue le beau spectacle. Plutôt que de céder à l’émotion qui nous étreint tous lorsqu’un spectacle est gâché, nous préférons travailler sérieusement dans la perspective de quinze jours. » Gérald Darmanin – source : RMC (23/11/2021)

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0