Vente OM Publié le - Mis à jour le - Par

Vente OM – Eyraud : « Nous voyons, de temps à autre, des bandes désorganisées fondre sur nous… »

Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant
Top articles de la semaine
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+

Avant la trêve hivernale, le président Eyraud a décidé de donner deux entretiens à France Bleu Provence mardi et ce mercredi à l’Equipe. Dans cette seconde interview il revient sur les tentatives de rachat du club et dresse une liste de « déstabilisateurs »…

 

 

JHE estime que des anciens salariés du clubs, des dirigeants à la retraite mais aussi des supporters ultras exclus du stade ou des prestataires écartés comme des politiques locaux participent à cette déstabilisation autour de cette fameuse vente OM. De plus, le président Eyraud est clair concernant la question d’une vente du côté de l’actionnaire majoritaire Franck McCourt : « Non. Et c’est dommage que des pseudo-tentatives, très vite avortées, n’aient pas été davantage démasquées par vos confrères. »

 

A lire : VENTE OM : NABIL DJELLIT DONNE UN ARGUMENT POUR LE RACHAT DU CLUB PAR L’ARABIE SAOUDITE

 

on ira jusqu’au bout pour démasquer les imposteurs, les haineux qui se cachent derrière les comptes Twitter anonymes — Eyraud

 

À l’OM, nous voyons, de temps à autre, des bandes désorganisées fondre sur nous. Ce sont les coalitions baroques d’anciens salariés licenciés, de dirigeants à la retraite qui pensent que l’OM leur appartient toujours, de supporters ultras exclus du stade, de prestataires écartés, de politiques locaux en mal de notoriété, d’anciens joueurs frustrés de ne pas avoir décroché de contrat avec le club. On regarde ça avec beaucoup de distance. Là, cela a été mené avec une intention profondément négative, on les a assignés en justice, les juges diront le droit, et on ira jusqu’au bout pour démasquer les imposteurs, les haineux qui se cachent derrière les comptes Twitter anonymes, bref, tous ceux qui ont cherché à nous déstabiliser, que nous avons identifiés. Il y a une citation de Clemenceau : « Ne craignez pas d’avoir des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait. » Visiblement, j’ai beaucoup fait… Je regrette que cette histoire (Boudjellal-Ajroudi) soit devenue le feuilleton de l’été, alors que cinq appels à des personnes qualifiées auraient permis de faire comprendre à chacun l’étendue de la supercherie. Bernard Tapie m’a appelé pour me dire à quel point il a été outré par ces méthodes, avec des mots justes. » Jacques Henri Eyraud – source : L’Equipe (23/12/2020)

     
    • Facebook
    • Twitter
    • Google+
    • Facebook
    • Twitter
    • Google+