Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

Édito #OMLyon – Franceschi : « Comme un symbole »

Par Publié le - Mis à jour le
Matthieu Franceschi


 

 

Comme un symbole, Marseille s’est réveillée ce matin avec le sourire après une belle performance de son OM face à Lyon. Cette soirée, très riche en émotions, vient particulièrement récompenser les supporters qui n’ont rien lâché depuis de longs mois au Vélodrome comme en déplacement.

 

Comme un symbole, Dimitri Payet est revenu sur ses terres un soir de victoire dans un Vélodrome flamboyant, comme il a quitté en mai 2015, avec plus de 53 000 spectateurs et des virages explosifs.

 

Comme un symbole, les supporters et les joueurs n’ont fait qu’un pour mener l’Olympique de Marseille à la victoire, une unité essentielle pour construire de solides bases au nouveau projet olympien et réussir ensemble une fin de saison qui pourrait être excitante.

 

Comme un symbole, ce sont deux défenseurs, ligne la plus décriée depuis le début de saison, qui donnent la qualification à l’OM. Une mention spéciale pour Doria qui, après des périodes difficiles, a dû prendre une forte décharge émotionnelle à la 109’.

 

Comme un symbole, même si ce n’était qu’un 16ème de finale de Coupe de France, l’OM vient de réaliser un grand coup face à une équipe en théorie plus forte, ce qui n’était plus arrivé depuis mai 2015 (OM vs Monaco).

 

Comme un symbole, Lyon a bénéficié de l’aide habituelle de son unique douzième homme, l’arbitre, qui n’a pas sifflé un pénalty pour l’OM dans le dernier quart d’heure du temps réglementaire qui aurait pu coûter très cher aux hommes de Rudi Garcia.

 

Comme un symbole, cet OM vs Lyon rappelle celui joué il y a 10 ans, jour pour jour, le 31 janvier 2007, quand Mickaël Pagis et Mamadou Niang avaient qualifié l’OM en Coupe de France, dans les dernières minutes, dans un Vélodrome en ébullition.

 

Comme un symbole, ce victorieux 31 janvier 2017 sonne la clôture du mercato hivernal, le premier de l’ère McCourt. Les dirigeants ont saisi les opportunités qui se sont présentées à eux pour renforcer sensiblement l’effectif. Avec les recrutements de Patrice Evra et Dimitri Payet, l’OM s’est offert le côté gauche de l’équipe de France, vice-championne d’Europe en titre, donnant une forte crédibilité au « OM Champions Project ».

 

Comme un symbole, plus que jamais, le peuple marseillais a hâte de découvrir les prochaines pages olympiennes que Frank McCourt, Jaques-Henri Eyraud et leur équipe commencent à écrire.

 

Comme un symbole, depuis que je ne vais plus au stade, c’est la première fois que je marronne de ne pas être dans les travées du Vélodrome pour m’imprégner de cette atmosphère électrique.

 

Finalement, la seule chose qui n’était pas symbolique hier soir, car elle est vraie pour l’éternité, c’est qu’en France, quels que soient les résultats, il n’y a eu, il n’y a et il n’y aura toujours qu’un seul Olympique… et il est de Marseille.

 

Allez l’OM !

 

Matthieu Franceschi

 

Lire aussi : « Respect au parcage marseillais à Monaco ! » Lire aussi : « Unissons-nous autour du projet Frank McCourt ! »

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0