Info Chrono
  • Loading
Précédent Suivant

OM : Pour Payet « c’est la fois de trop » !

Par Publié le - Mis à jour le
Dimitri Payet Reims OM 2021
Dimitri Payet Reims OM 2021
Dimitri Payet Reims OM 2021

Auteur d’un énorme début de saison, Dimitri Payet s’est retrouvé au coeur des incidents lors de la rencontre face à Nice, en août dernier. Le Réunionnais se montre très amer concernant les sanctions qui ont suivis les faits…

 

 

 

Alors que l‘OM espérait une victoire sur tapis vert, la commission de discipline a finalement décidé que le match sera rejoué dans son intégralité à huis clos et sur terrain neutre. De plus, Alvaro et Dimitri Payet ont tous les deux écopé d’une suspension. L’Espagnol a été suspendu deux matches fermes tandis que le numéro 10 a écopé d’un match de suspension avec sursis.

Ce dernier est revenu sur les faits qui ont marqué le début de saison marseillais :

 

 

J’ai été jugé en tant que victime et coupable — Payet

 

« C’est pour ça que je me relève. Si je reste allongé, je me dis que je vais en prendre plus dans la gueule. Après, si je ne me relève pas, le match, on le gagne 3-0. Je peux sortir avec une minerve et l’histoire, elle est réglée. Mais ma réaction est humaine. Au vu des décisions qui ont suivi et des événements qu’il y a eu ensuite sur d’autres terrains, on ne va jamais s’en sortir. Il fallait prendre des décisions justement. Ce match à Nice était l’occasion de mettre un terme à tout ça. Mais les sanctions de la commission de discipline n’ont pas été à la hauteur. Et ça s’est vu ensuite. J’étais touché quelques jours. Moi, je suis victime normalement. Et j’ai été jugé en tant que victime et coupable. Et ça, je ne l’ai pas digéré. Après, ce n’est pas ma première commission. Je suis rarement redescendu de Paris content. Mais là, c’est la fois de trop. Malheureusement, après ces décisions, je savais qu’on était parti sur du grand n’importe quoi et je ne me suis pas trompé. Les faits m’ont donné raison. Tant qu’on ne prendra pas des vraies décisions… » Dimitri Payet – Source: L’Equipe (15/10/21)

 

Il n’y a pas d’exemplarité pour le football français – Jacques Cardoze

 

Un manque d’exemplarité qu’a de nouveau tenu à souligner Jacques Cardoze sur RMC ce matin.

 

« C’est une décision en demi-teinte, c’est une décision politique et c’est une décision qui à mon sens n’est pas à la hauteur de l’exemplarité qu’elle aurait dû donner à l’ensemble du football français. On a vu des saluts nazis dans cette tribune Sud, on a vu 150 personnes envahir le terrain, on a vu 74 projectiles envoyés en 74 minutes. Et finalement, on s’attache à ce qu’il se passe à la 75e minute en sanctionnant Dimitri Payet et Alvaro qui sont considérés comme étant fauteurs de troubles d’une certaine façon. C’est oublié tout ce qu’il s’est passé pendant les 74 premières minutes de jeu et moi ça me choque beaucoup. Il n’y a pas d’exemplarité pour le football français. Trois matches de suspension, dont un qui est déjà purgé, un autre qui ne sera pas rejoué. Finalement, il n’y a qu’un seul match réellement à huis clos pour Nice. Ça me choque parce que c’était l’occasion pour le football français de dire stop à la violence, que ce n’est pas la normalité que 150 personnes envahissent un terrain et j’ai le sentiment d’une forme de banalité aujourd’hui. On banalise la violence. J’en parlais avec Dimitri Payet hier, il a reçu 25 bouteilles pendant le match. Quel homme peut supporter 25 bouteilles dans un match sans aucune réaction ? Les suspensions de Payet et Alvaro sont probablement les sanctions qui nous choquent le plus. Finalement, ce sont 2 joueurs marseillais qui sont sanctionnés. Aucun joueur niçois n’est sanctionné. M. Galtier avait porté un coup, ça n’a pas été retenu. Mettez-vous à la place d’un jeune adolescent qui voit tout ça, qui voit ce match et qui se dit « Finalement une tribune qui déborde, des saluts nazis c’est pas si grave » La justice, ce n’est pas de la politique. C’est pas rééquilibrer les choses. La justice dire « On ne veut plus voir ça sur un terrain de foot ». Le président de la commission de discipline parle d’exemplarité, moi je n’en vois pas. Je pense que la sanction à l’encontre de Nice est légère. Elle ne me paraît pas à la hauteur des événements. On a vécu ce qu’il s’est passé à Montpellier aussi. L’un de nos joueurs (Rongier) a reçu une bouteille et il a eu la lèvre ouverte. La bouteille qu’évite Alvaro à un moment donné, on a demandé à des universitaires de calculer la vitesse, c’est l’équivalent d’une boule de pétanque lancée à quelques mètres. Les joueurs sont choqués. » Jacques Cardoze – Source : Apolline Matin (09/09/2021)

    • Facebook
    • Twitter
    • Whatsapp
    • Flipboard
    • Flipboard
    Afficher les commentaires
    0